18647

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 12 avril 2021
Sa note : 16/20

LINE UP

-Jowl Nyberg
(chant)

-Victor Adonis
(guitare)

-Marcus Skantz
(guitare)

-Martin Lingonblad
(basse)

-Peter Liwgren
(batterie)

TRACKLIST

1) Shattered
2) Psychomachia
3) House if Asterion
4) Digital Playground
5) Secret Project
6) Deceiver
7) Maktbegär
8) Meaning Through Noise
9) Beyond Betrayal

DISCOGRAPHIE

Fall Of Gaia (2014)
Dualism (2019)

Through The Noise - Dualism



Fall of Gaia, le précédent EP de Through The Noise, avait été une bonne surprise. Plein de fougue et de rage, il parvenait à faire oublier ses défauts et, presque étonnamment, à durer dans le temps. Il ne restait aux Suédois qu'à améliorer leur son, mûrir leurs compos et tenir davantage la cadence sur la longueur. Dualism sera-t-il l’évolution attendue ? Place à neuf pistes pleine de rage.

En écoutant Through The Noise, on pense immédiatement au hardcore. Les morceaux sont construits essentiellement sur l’agressivité. Riffs plombés, accélérations, hurlements… L’auditeur se prend trois quarts d’heure de colère dans la gueule. Cependant, le style n’est pas si simple à qualifier. Selon les morceaux, on y décèlera des accents thrash, melodeath, voire neo-metal. Cette composante, citée par le groupe lui-même, je n’y aurais pas pensé sans que l’on m’en parle. Il y a certes, dans les passages plus lourds, quelques rythmiques syncopées, mais pas de quoi effrayer le metalleux allergique au style. Dans l’attaque et la rugosité du groupe, on pourrait penser à The Haunted période Revolver. Le groupe développe sa formule découverte avec Fall Of Gaia : les guitares sont tranchantes, les changements de rythme fréquents, le chant hurlé. Mais il ne faudrait pas voir Through The Noise comme un groupe bas du front : les morceaux sont plus aérés qu’ils n’y paraissent, avec des refrains mélodiques, tirant plus sur le sentiment de tristesse que de colère. L’équilibre est vraiment maîtrisé, plus encore que sur leur précédente galette. On sent que les musiciens ont maturé leur style pour en tirer le meilleur.
Si je reprends les griefs fait à Fall Of Gaia, Through The Noise a répondu présent pour chacun d’entre eux. L’album se révèle bien plus équilibré et homogène. En termes de qualité, c’est un tour de force. La pression ne retombe que rarement, sans que la musique ne se répète pour autant. "Beyond Betrayal" termine ainsi l’effort en beauté, avec son rythme frénétique porté par des riffs à headbang. On regrettera juste la faute de goût "Psychomachia" avec son refrain en voix claire trafiquée (et chant féminin) qui sort l’auditeur complètement de l’ambiance furieuse du morceau. Un single un peu putassier qu’on oubliera vite face à la qualité des autres pistes. Car c’est le chant qui porte Through The Noise. Toujours efficace, hargneux, autoritaire, tantôt gueulard et revendicatif, plus écorché quand la musique se calme, il est la porte d’entrée évidente vers le hardcore des Suédois. Mais il serait inopportun d’oublier combien la rythmique a un rôle important dans l’efficacité de l’album. La maîtrise des accélérations, des pauses et des tempos est parfaite. Through The Noise joue sur des montagnes russes, baladant l’auditeur comme une marionnette. Quant au son de l’album, il passe un cap par rapport à son prédécesseur. Il y gagne en puissance et en lisibilité. Mention spéciale à la basse, bien présente dans le mix, qui ajoute un côté organique à la musique.


Pari réussi pour Through The Noise. Ses membres ont su confirmer leur potentiel pour accoucher d’une pépite d’énergie et d’agressivité. Si vous êtes dévorés par votre colère, allez donc m’écouter ce Dualism. Votre rage y trouvera un terrain d’expression. Âmes sensibles s’abstenir.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5