18594

CHRONIQUE PAR ...

138
Isahn
Cette chronique a été mise en ligne le 15 février 2021
Sa note : 10/20

LINE UP

-Oliver Sykes
(chant)

-Lee Malia
(guitare)

-Curtis Ward
(guitare)

-Matt Kean
(basse)

-Matt Nicholls
(batterie)

TRACKLIST

1) Pray for Plagues
2) Tell Slater Not to Wash His Dick
3) For Stevie Wonders Eyes Only
4) A Lot Like Vegas
5) Black & Blue
6) Slow Dance
7) Liquor & Love Lost
8) (I Used to Make Out With) Medusa
9) Fifteen Fathoms, Counting
10) Off the Heezay
11) Eyeless (Slipknot cover)

DISCOGRAPHIE

Count Your Blessings (2006)
Amo (2019)

Bring Me The Horizon - Count Your Blessings
(2006) - black metal glam Deathcore mais bon... On a pas de webmaster (on recrute !) - Label : Earache Records



T’as 20 ans, tu vis au milieu de nulle part. T’es dépressif, alcoolique, tu consommes des drogues en tout genre et… Tu écoutes du deathcore. Pire, t’as la mauvaise idée de monter un groupe. Appelle le Bring Me The Horizon tant que t’y es. C’est pas plus ridicule que le reste.

Soyons clairs : la bande de jeune de Sheffield menée par Oli Sykes ne propose rien de neuf sous le soleil. Le deathcore était là avant eux et il le sera encore après cet album. Une goutte dans l’océan, certes. Mais une goutte d’huile. Bring me The Horizon ne s’intègre que musicalement, et encore… ça ne durera pas.
Les riffs sont rapides, agressifs, les breakdowns… Tout le monde s’en fout. On a déjà entendu cet album un millier de fois. Mais pourquoi chroniquer un album qui n’est que la pale copie de ce qui se faisait à l’époque (Job For A Cowboy ou All Shall Perish avaient déjà fait tout ça avant eux) ? Parce que dès leur premier album, les petits dépressifs copient ce qui se fait de mieux dans le genre. Et ils le font bien. Ce n’est rien d’incroyable, mais on note l’effort.

Ouais mais il reste quoi du coup si ce n'est de la copie me demandera t'on? "Pray for Plagues", qui encore aujourd'hui inspire des groupes (douteux certes, mais on y reviendra dans les chroniques des albums suivants de BMTH). Ou même "Eyeless" le cover de Slipknot qui rajoute de l’agression, un réel côté torturé, bref un peu de tripes (tripes qu'on retrouvera sur l'artwork de l'album suivant). Ce qui impressionne, c'est que malgré les maladresses, malgré le manque d'originalité, le groupe se mouille, met sa peau sur la table dès le premier opus.

Count your Blessing est une galette passable dans la carrière d’un groupe majeur d’aujourd’hui. Si les Bring Me The horizon n’ont rien proposé de transcendant à l’époque, ils auront eu le mérite de se faire remarquer. Est-ce qu’ils arriveront à capitaliser sur cet album par la suite ? Tout le monde les attend au tournant, groupe de gamins semi-compétents bourrés ou éventuel projet intéressant? La suite nous le dira.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3