1859

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été mise en ligne le 04 avril 2008
Sa note : 15/20

LINE UP

-Benjamin
(chant)

-Drop
(guitare+claviers)

-Burn
(basse)

-Kevin
(batterie)

TRACKLIST

1)Bioactive
2)Reevolution
3)Decoy
4)Synthetic Breed
5)Next Day Will Never Come
6)Machine Gun Messiah
7)Take the Red Pill
8)Rusted
9)Static Currents
10)Critical Mass
11)ReEvolution (Syntax Airplay Edit)
12)Decoy (Radio Slave Edit)

DISCOGRAPHIE


Sybreed - Slave Design
(2004) - electro metalcore Cyber metalcore - Label : Jerkov



Découvrir Sybreed par Slave Design eut été une meilleure approche que par Antares, leur dernier en date. Bien que les deux albums des anciens de Rain aient beaucoup de points communs, l'évolution vers un metal bien plus électronique et mélodique (tout est relatif, comme on dit...) est tout de même frappante. La constante est que Sybreed est resté un groupe aux élans technoïdes dont la musique s'effeuille par de multiples écoutes. Non persévérants s'abstenir.

Alors que Antares lorgnait vers plusieurs univers musicaux inspirés de Samael et Fear Factory dans une moindre mesure, Slave Design s'inscrit à l'opposé en privilégiant le second sur le premier par la présence de plus de rythmes syncopés et d'un peu moins de beats artificiels et de samples électro ("Bioactive", ou la plus Samaelienne "Reevolution"). L'ensemble s'en trouve bien plus fourni et touffu, mais aussi plus linéaire sur les premières écoutes. Les riffs sont plus lourds, parfois peu rapides, rendant au final une copie moins aérienne mais plus métalliquement compacte. Il est important cependant de signaler que les riffs syncopés ne sont que très rarement inopportuns, la plupart d'entre eux donnant vraiment des envies de headbang.

L'utilisation des alternances voix claire / hurlée est largement au niveau de celles de Antares, à savoir sans reproche et constituant un atout majeur de l'opus. "Reevolution", "Rusted", "Critical Mass" ou "Decoy", non exhaustivement, prouvent une fois de plus que la justesse et la neutralité bienveillante de la voix claire fait mouche, sans esbrouffe, sans manière, avec juste ce qu'il faut de dosage pour que le titre lui-même se serve d'elle, et pas l'inverse. Il est à noter la variation inattendue, et probablement intentionnellement anecdotique, vers un timbre et un phrasé à la Disturbed ralenti sur "Take the Red Pill".

Au rayon des presque superflus, "Machine Gun Messiah", plus thrash et plus syncopée encore que le reste, est aussi moins inspirée, les samples y étant quasiment absents. Ceci expliquant peut-être cela..."Synthetic Breed" est aussi plus faible, de même que "Static Currents", sans être cependant dénuées d'intérêt. C'est d'ailleurs un des points de différence avec Antares, qui propose des titres plus puissants et mélodiquement meilleurs, mais qui en côtoient d'autres bien plus faibles, ce qui tendrait presque à faire croire que Slave Design fut plus recherché. Enfin, l'autre grand point de différence réside principalement en une présence moindre des claviers que sur Antares, d'où la disparition de cette aura « New Wave » qui marque ce dernier.


L'équation est simple. Si vous ne connaissez pas Sybreed (mais qu'est-ce que vous foutez, bordel?) et n'avez pas non plus d'a-priori, commencez par Slave Design. Si vous n'aimez vraiment que les parties électroniques, commencez et finissez aussi par Antares, de même si vous souhaitez un album plus direct. Si vous voulez rester dans quelque chose plus typé guitare, Slave Design est pour vous. Sybreed vous laisse le choix!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2