18524

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été mise en ligne le 06 décembre 2020
Sa note : 17/20

LINE UP

-Jerry Wayne Hussey
(chant+guitare)

-Simon Thomas Hinkler
(guitare)

-Craig David Adams
(basse)

-Mike Kelly
(batterie)

Ont participé à l'enregistrement :

-Julianne Regan
(chant sur 1 et 12)

-Evi Vine
(chant sur 5 et 7+guitare sur 7)

-Ville Hermanni Valo
(chant sur 2)

-Gary Anthony James "Numan" Webb
(chant sur 3)

-Sarah Dean
(chœurs sur 7)

-Veronica Palmer
(chœurs sur 7)

-Tim Palmer
(chœurs sur 7)

-George David Allen
(chœurs+claviers sur 7)

-Martin Lee Gore
(chœurs sur 11)

-Stevie Vine
(guitare sur 7)

-Duke Garwood
(clarinette+saxophone sur 12)

TRACKLIST

1) Another Fall From Grace
2) Met-Amor-Phosis
3) Within the Deepest Darkness
4) Blood on the Road
5) Can't See the Ocean for the Rain
6) Tyranny of Secrets
7) Never's Longer Than Forever
8) Bullets & Bayonets
9) Valaam
10) Jade
11) Only You & You Alone
12) Phantom Pain

DISCOGRAPHIE


The Mission UK - Another Fall From Grace
(2016) - gothique Dark Rock Cold Wave - Label : Eyes Wide Shut



Un jour triste de 2016, en quête d'un passé révolu, j'errais sur le Tube à la recherche des Sisters et des Fields, quand la magie mercantile de la suggestion algorythmée m'attira vers God's Own Medecine, mon vieil ami, mon premier amour de la vague froide. Chaque fois il me rend, à défaut du sourire, l'impression que je suis encore adolescent et inconscient, avec la vie devant moi. Une chose entraînant l'autre, The First Chapter, Children, Carved In Sand, Masque… Puis quelques titres solos de Wayne, son intemporelle et magique reprise de "Marian" (ceux qui ne la connaissent pas ont le devoir de l'écouter), pied de nez à son ennemi intime Eldritch, ou encore "Ashes to Ashes" au piano voix à faire fondre le permafrost. Enfin, "Only You and You Alone", avec le grand Martin Gore en personne. Attends, depuis quand Gore a-t-il collaboré ? On ne me la fait pas à moi. Un single du prochain album. Bingo.

"Another Fall From Grace", et la suite. J'ai eu un choc, un flashback, une accélération cardiaque. Le retour de la douze cordes, comme sur God's. L'album, d'une traite, comme au bon vieux temps. Il est différent, quelque chose ne va pas. Cet album est plein d'oxymores. L'espoir des eighties est désespéré. Inéluctablement négatif. La lumière n'a jamais été aussi obscure. La rage n'a jamais été aussi polie. C'est la fin, le retour aux origines pour y mourir. Les vieux éléphants vont tirer leur révérence après cet album. Enfin, c'est ce qu'ils disent, et cela se sent indéniablement dans beaucoup de titres, même si certains peuvent faussement mêler un peu de joie de surface.

Les mélodies sont plus subtilement mélancoliques, un peu plus lentes et moins saturées qu'avant ("Bullets & Bayonet"), la voix est moins rageuse, bien plus profonde et fatiguée. "Within the Deepest Darkness", "Phantom Pain" transpirent le requiem, la voix d'Hussey ne s'étant que très rarement faite aussi basse et rocailleuse avec The Mission. Jamais d'ailleurs sa voix ne m'a autant touché, lasse, profonde, grave, burinée par les amphétamines et l'alcool d'un passé tumultueux, conséquence des abus de sa vie. Cohen et son You Want It Darker, Bowie et son Blackstar, The Mission et son Another Fall from Grace. Je n'ai pas envie que cela s'arrête, moi.

Je veux encore des "Jade", en joie filigrane d'une tristesse musicale, des "Only You and You Alone" aux froids relents New Wave assumés et personnifiés par Martin Gore, parfait complément vocal effacé de cet Hussey là, ainsi qu'il a toujours su le faire avec Dave Gahan. Je veux encore des "Tyranny of Secrets" témoin d'un passé moderne d'une Goth Dark Wave qui n'existe plus qu'au travers de ses dinosaures fatigués mais inégalables. Je veux encore et encore plus d'OVNI comme "Phantom Pain", qui puent le stupre morbide par ses lancinances vocales, avant de s'envoler vers une beauté sensuelle rarement atteinte par le groupe. Je veux encore des "Within the Deepest Darkness" au rock noir implacable révélatrice d'une voix hors du commun.

Je me suis égaré voluptueusement vers un album inattendu, qui devait marquer la dernière ligne de l'épitaphe de The Mission UK. Pourquoi partir avec ce sommet ? Pourquoi ne pas revenir à ce style plus empreint de noirceur ? C'est peut-être ce sentiment d'urgence de l'arrêt qui rend cet album si particulier. Je ne sais pas si l'on peut dire qu'il est le meilleur parce que le dernier. Il est juste un peu différent parce qu'il serait le dernier, et cela en fera un album culte car le temps reconnait toujours ses enfants. Fan de la première heure, ils m'ont gagné avec God's, puis perdu après Masque, et regagné par Another. Bien plus que regagné.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1