18463

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 12 octobre 2020
Sa note : 14/20

LINE UP

-Olga "Helle" Bogdanova
(chant)

-Evgeny Zhytnyuk
(chant+claviers)

-Maxim "Max" Khmelevsky
(guitare)

-Alexander "Xander" Kamyshin
(basse)

A également participé à l'enregistrement :

-Maksym "Max Norton" Pasichnyk
(chœurs+guitare)

TRACKLIST

1) Sputnik
2) Firebird
3) Mind the Past
4) Planet War
5) Boosted!

DISCOGRAPHIE


ignea - Sputnik (EP)
(2013) - metal symphonique folk metal prog metal extrême - Label : Autoproduction



Avant de devenir ignea, le combo ukrainien officiait sous le nom de Parallax, crée en 2011 par Evgeny. C’est sous cette appellation qu’est sorti un premier EP intitulé Sputnik. Ceci étant, il est désormais édité sous la bannière ignea. Cette première tentative donne la tendance du style du collectif, à mi-chemin entre le folk/ oriental metal, le metal prog et le metal sympho avec une petite touche extrême.

Qui dit premier EP, dit imperfections. On ne va pas le nier mais les jeunes Ukrainiens ont clairement de l’énergie et quelque chose à raconter et ce n’est pas le titre éponyme déclenchant les hostilités qui va nous faire mentir. Son intro en mode conquête de l’espace suivi d’un riff ravageur donne la tendance, le quatuor n’est pas là pour enfiler des perles. Malgré une vocaliste à sa tête, l’envoutante, Helle, point de metal purement mélo/ sympho. Les éléments rythmiques (guitare, batterie) sont puissants et tendent plus vers l’extrême. Les screams d’Evgeny s’inscrivent dans cette tendance. Rajoutez un refrain fédérateur, et quelques petites touches de claviers et vous avez tout du titre accrocheur, efficace et donc réussi. La suite met en évidence les dites imperfections, à savoir un "Firebird" au tempo un peu plus classique, des lignes de chants déjà entendues et des claviers un peu has been.
Quant à "Mind the Past", si l’intro se veut dans la veine de l’opener, l’occurrence peine à convaincre sur les couplets. Helle, au timbre particulier, très envoûtant, et ne ressemblant à aucun autre de la scène, a du mal à se placer, et le refrain ne relève pas le niveau. Cependant, contrairement à son prédécesseur, le titre a pour lui une base instrumentale forte dans la veine de "Sputnik". Mi figue-mi raison donc. Fort heureusement, "Planet War" se veut épique et surtout montre les prémices du metal oriental puissant et sans concession qu’ignea proposera sur son premier LP, The Sign of Faith. Envoûtant, charmant, intriguant, le morceau développe et instaure du long de ses six longues minutes une ambiance mystique parfaitement incarnée cette fois ci par sa vocaliste. Sur "Planet War", la section de Kiev se paye même le luxe de complètement changer de registre en fin de parcours, apportant une touche progressive (qu’on retrouvera également dans leurs futurs sorties).


Deux morceaux de haute volée, deux autres un peu plus faibles (ainsi qu’un outro de onze secondes pour le moins originale présente sur les plateformes de streaming) : Sputnik remplit totalement son rôle de premier EP et pose les bases du metal folk/prog/extrême/sympho des Ukrainiens, qui prendra sa pleine mesure sur l’opus suivant. Sept ans plus tard, on peut déjà se dire qu’ignea a réussi son pari, un troisième album ayant vu le jour et lui aussi, comme son grand frère, s’est vu attribuer de très belles critiques.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2