18419

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 27 août 2020
Sa note : 16/20

LINE UP

-Mika Luttinen
(chant)

-Kimmo Luttinen
(guitare+batterie)

-Jarno Anttila
(guitare)

-Taneli Jarva
(basse)

TRACKLIST

1) Apolokia
2) I Al Purg Vompo / My Blessing (The Beginning of the End)
3) Apolokia II: Aikolopa 666
4) In the Name of Satan
5) Impure Orgies
6) Goat Perversion
7) The Forest (The Darkness)
8) Mortification / Blood Red Razor Blade
9) The God (Symetry of Penis)
10) Condemned to Hell
11) The Dog (Art of Vagina)
12) The Crucified
13) Apolokia III: Agony
14) Body-Mind-Soul
15) Hoath: Darbs Lucifero
16) Apolokia Finale XXVII A.S.
17) Damnation (Raping the Angels)

DISCOGRAPHIE


Impaled Nazarene - Tol Cormpt Norz Norz Norz
(1993) - black metal - Label : Osmose



Chaque époque a son champion. Dans la catégorie violence sonore, le thrash metal des eighties a eu son Pleasure to Kill. Une bestialité pour l’époque. Le black des années quatre-vingt-dix a le sien et, forcément, il est finlandais. Tol Cormpt Norz Norz Norz. Une bestialité pour l’époque. Et une belle manière de frimer devant les profanes. « Les mecs, cherchez pas, vous avez vu ce que j’écoute ? Et ce t-shirt ? Le badass, c’est moi ! » Merci Impaled Nazarene.

La scène black metal finlandaise du début des nineties se caractérise par son manque ostentatoire de finesse et son penchant très marqué pour un nihilisme musical punk dans l’esprit. Tol Cormpt Norz Norz Norz (Les petits oiseaux gazouillent dans les branchages, en finnois chthulien) est une sorte d’absolutisme. Un truc complètement déraisonnable. Les frères Luttinen se sont réveillés un matin et se sont dit, comme un certains nombres de musicos extrêmes avant et après eux. « Les gars, faisons le truc le plus bestial, le plus brutal, le plus… tout ! » Et vous savez quoi ? Ils y sont arrivés. Hurlements démoniaques, bruits de fornication contre nature (oh la finesse de "Impure Orgies"…), paroles growlées à l’envers, passages « Bontempi ambient », mais aussi, et comment !, musique. Bonne, en plus. Et efficace. Fruste ? Évidemment. Blastée, et terriblement compacte. Entre bruitages et bruitages, et malgré une durée globale en-deça de la demi-heure, il y a néanmoins de l’espace pour démontrer qu’on peut être extrémiste, mais néanmoins ne pas partir complètement en sucette.
Outre "Goat Perversion", issu du premier EP de la bande au Nazaréen maltraité, l’excellent "Mortification / Blood Red Razor Blade" présente les Finlandais sous un jour particulièrement séduisant : la violence musicale, et les véritables aboiements de Mika, sont quelque peu adoucis par des claviers instaurant une ambiance à la Beherit, et présageant le joyau que sera l’album suivant. Pas besoin néanmoins de rechercher à tout prix les moments de relative tranquillité, les titres sans concessions peuvent se révéler également très convaincants. Outre l’assourdissante entrée en matière que constitue "I Al Purg Vompo", un morceau comme "The Crucified" vaut son pesant d’hymens de jeunes filles déflorés. Ou moins jeunes d’ailleurs. Les frères Luttinen s’attaquent à tout, avec brio. Tol Cormpt Norz Norz Norz est un magnifique exemple d’un jusqu’au-boutisme musical et visuel réussi. Le rapide, même si relatif, changement de cap musical du groupe met encore plus en exergue ce premier opus, sorte de savoureux crachat dans notre gueule d'ahuri.


« C’était quoi déjà, le truc de malade que tu nous avais fait écouter ? Je sais plus quoi NORZ NORZ NORZ, c’est ça ? Sans déconner, ahurissant ce truc ! Toi t’es un dur Winter, hein, y a pas de doute ! ». Je vous le dis, Impaled Nazarene, pour un ego en perdition, c’est/c’était de la balle.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3