18411

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 17 août 2020
Sa note : 17/20

LINE UP

-Vulfolaic
(chant+basse+claviers)

-Lykormas
(guitares)

-Haistulf
(batterie)

TRACKLIST

1) Tower of Silence
2) Bortförd
3) Un ciel bourbeux et noir
4) Circle of Suffering
5) Aufrhur MDXXV

DISCOGRAPHIE


Entartung - Maleficae Artes



Êtes-vous prêts pour un concours de jeu de mots foireux et autres blagues douteuses ? Si oui, réglez votre ceinture, si non, dieu vous prenne dans ses bras sauveurs. Jugez plutôt la bête : Entartung pour commencer, rien que ça. Ce n’est pas de la tarte. Les entarteurs, on n’est pas sorti. Puis les membres du groupe, ils enchaînent : Vulfolaic, le premier homme-vulve, laïc. Lykormas la limace lacrymale et enfin Atchoum !... non, Haitsulf. Nous voilà mal embarqués pour parler d’une sortie de… black metal. Cette chronique est un gouffre sans fin.

Le problème, c’est que passée cette salve initiale d’objets verbeux savonneux, il faut immédiatement admettre qu’Entartung ne mérite rien de tout cela. La musique jalousement chérie du power trio allemand se situe aux antipodes de ces calembours : de qualité, sombre et mémorable. Paf, trois mots vilainement jetés en pâture sans alerte préalable, au moins ils n’en ont que plus d’impact. Entartung, c’est l’histoire d’un nouveau coup de cœur dans cette année de déchirement cardiaque. Je ne les dénombre plus désormais, comme pour souligner leur abondance joyeuse dans un monde funeste, contraste parfait pour équilibrer nos mornes existences tragiques. Musique d’obédience black metal, cela va sans dire tant l’évidence s’affirme. Malgré tout rompue à la richesse sonore. "Bortförd" qui débute sur un air de "A Fine Day to Die" de la sommité Bathory pour se transformer en Nivlhel, black mélodique lancinant, fait office de preuve. Elle n’est pas seule.
En effet, la solitude semble uniquement être l’apanage des ambiances lointaines et nostalgiques que créent des compositions longues sans être longuettes, bardées de riffs sensibles faisant mouche dans l’esprit noir et tourmenté de ses auditeurs. Les variations et subtils ajouts à des bases simples font basculer les chansons de la simple robe seyante à l’attraction mentale totale. "Bortförd" toujours, s’épanche en un riff essuie-glace appuyé d’un clavier clairon rehaussé d’une fugace apparition excessivement pertinente de la guitare acoustique. Notre petit cœur serré ne s’avoue pas vaincu si facilement, pourtant il exulte et souhaite exprimer toutes les larmes de notre corps. Récit black metal poignant. D’aucun voudrait y voir ici la trace de la simplicité et des artifices grotesques. Sauf que non. Entartung démontre un vrai talent de savant dosage, fragile équilibre entre des atmosphères élastiques dans le temps, des riffs emprunts de mystère, de prime abord légers, et des originalités diffuses parfaitement placées.
Jamais Entartung ne semble trop ou pas assez en faire. "Un ciel bourbeux et noir" donne bien le sentiment de tomber comme un cheveu sur la soupe avec sa déclamation en français, disons-le, saugrenue voire incongrue sur fond de guitare acoustique gentillette. Seulement "Circle of Suffering" relance brillamment la machine sur un maître-riff en reprenant la mécanique duo avec les claviers clairon, mais modifiée idéalement pour ne faire que rappeler son prédécesseur, sans aucune once de redite. Oui amis Allemands, sachez que vous avez capté mon attention et gagné mon adhésion avec brio. C’est à ce moment qu’il est temps de réaliser qu’un album aussi maîtrisé est le fait d’un groupe déjà responsable de trois sorties auparavant. De la bouteille. Et ça se sent. Les fausses notes étant si rares qu’il est préférable de ne plus les mentionner. La troupe évitant même le trop-plein en limitant son effort à cinq titres.


Maleficae Artes… le nom résonne sur la langue comme un trésor perdu et retrouvé fort à propos. Entartung tape dans le mille avec cette sortie qui devrait faire quelques vagues dans l’univers black metal de 2020 encore tanguant des remous subis (Epistêmê, Wrath of Wraths bien supportés par d’autres sorties).





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3