18391

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 06 juillet 2020
Sa note : 15/20

LINE UP

-Heidi Parvieinen
(chant)

-Sam-Petri Salonen
(guitare)

-Erkha Khoronen
(basse)

-Rude Rothstén
(basse)

-Thomas Tunkkari
(batterie)

Guests:

-JP Leppäluoto
(chant sur "The Wolf and the Maiden")

-Jasse Jatala
(chant sur Mörk)


TRACKLIST

1) My Name Is Luna
2) The Chosen One
3) Illuminate
4) Melancholia
5) Iceheart
6) La Folie Verte
7) The Wolf and the Maiden
8) The Hex
9) All Ears!
10) The Devil's Speak
11) Mörk
12) The Dark Throne

DISCOGRAPHIE

Grim (2020)

Dark Sarah - Grim
(2020) - metal symphonique cinématic metal - Label : Napalm Records



Le metal symphonique est, on peut le dire, un peu en crise. Nightwish et Delain surclassent la concurrence, le style a fait le tour de la question et les groupes délaissent petit à petit le recours à un orchestre pour jouer sur les sonorités modernes, électros. Cependant la résistance s’organise et après une trilogie mi-figue mi-raisin, les Finlandais de Dark Sarah sont de retour chez Napalm pour un essai sympho-cinématico metal ambitieux nommé Grim.

Mais qui se cache donc derrière Dark Sarah ? Le projet est le petit bébé d'Heidi, ancienne vocaliste d'Amberian Dawn. La demoiselle possédant un timbre puissant et un signature vocale remarquable, le combo se fait très vite remarquer et engrange les fans malgré trois premiers efforts non sans défauts, surtout le dernier. Le quintet propose un metal symphonique grandiloquent et jouant sur le côté cinématic metal en essayant de créer une histoire, une ambiance et un visuel unique à chacune de leurs sorties. Napalm a senti le bon filon et signe le groupe. Disposant de plus de moyens, Dark Sarah fanchit il un palier avec Grim ? La réponse est oui, mais. On commence directement avec le mais, puisqu'après un grand nombre d'écoutes on ne peut s'empêcher d'y trouver un goût d'inachevé et surtout un sentiment de c** entre deux chaises. D'un côté le combo nous ressert son cinématic metal un peu agaçant sur des titres comme "La Folie Verte", bourrée de gimmicks, idem pour "The Wolf and the Maiden" voir "The Devil's Speak", c'est théâtral, mais dans le genre, Lost in Grey s'en sort beaucoup mieux avec un son plus léché. Ainsi le deuxième tiers de l'oeuvre, le plus théâtral, ne vaut son salut que par le second single, "All Ears !" et son approche « militaire » que n'aurait pas renié Sabaton. C'est dommage de se tirer une balle dans le pied comme cela surtout quand on regarde de plus près. L'introduction ("My Name is Luna") crée une ambiance dans laquelle on a envie de se plonger , tandis que la conclusion s'avère sublime, toute en finesse et faisant gloire à sa vocaliste. Car Grim est une histoire, un concept album narrant les aventures de Luna. Celle-ci se met en quête d'orbs (par exemple, "Illuminate" est le second orb) afin de vaincre la terrible magie de la ville de Grim.
Dark Sarah malgré ses persistants défauts arrive à créer un univers sur ce nouvel effort, qui se veut tout de même assez consistant. Mais cela est dû aux occurrences purement symphoniques et on sent le changement de label. Prenez un titre comme "The Chosen One", c'est du 100% sympho de qualité faisant penser à Nightwish période Once ou plus récemment Xandria. Les orchestrations sont splendides et le final envoûtant. "Mörk" (en duo avec Jasse Jatala, second de The Voice Finlande en 2019) est, quant à lui, la fameuse chanson épique de fin d'album comme tout album de metal symphonique se doit de posséder. Mais surtout le seul titre de Grim arrivant à allier metal symphonique (son refrain fédérateur, son solo etc,) et cinématic metal (les lignes vocales du Monsieur sur le pont, les quelques touches de piano old school) pour un véritable grand moment. "The Chosen One" et "Mörk" sont accampagnées par la sublime "Melancholia" comme pièces centrales de ce nouvel effort. Ce premier single (qui n'en a pourtant pas l'allure) était là pour montrer l'évolution de Dark Sarah, et ce fut réussi. Cette pièce épique de metal symphonique a su capter l'attention de nombreux observateurs. Enfin Grim n'est pas en reste de titres plus directs, plus simples faisant tout simplement le travail ("Illuminate", "The Hex") et de sa traditionnelle ballade ("Iceheart, réussie). Il est vraiment dommage qu'Heidi et ses acolytes tâtonnent encore car de ce qui aurait pu être un grand moment n'en est qu'un très bon. Un peu frustrant.


Dark Sarah propose avec Grim son meilleur album, de loin, organisé autour de trois pièces de metal symphonique de qualité. Il est dommage que le combo use et abuse des mêmes éléments cinématic metal depuis maintenant six ans. Cette nouvelle approche plus orchestrale et moins théâtrale semble leur sied parfaitement. Amateurs de metal sympho, n'hésitez surtout pas à jeter une oreille sur cet album.









©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3