18371

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 12 juin 2020
Sa note : 13/20

LINE UP

-Fabienne Erni
(chant)

-Jonas Wolf
(guitare)

-Mirjam Schnedl
(claviers)

-Yannick Urbanczik
(basse)

-Marc Friedrich
(batterie)

A participé à l'enregistrement :

-Chrigel Glanzmann
(chant sur "Tales Of Time")

TRACKLIST

1) Passage Through the Clouds
2) The Calling Winds
3) Tales Of Time

4) The Farewell Arcades
5) Crystal Silence
6) What Have I Become
7) Rise
8) Into the Maelstorm
9) Muse Of Unknown Forces
10) Golden Lands
11) Beyond the Obsidian Veil
12) World's End
13) Glowing Tides

DISCOGRAPHIE


ILLUMISHADE - ECLYPTIC: Wake of Shadows
(2020) - pop metal symphonique metal melodique - Label : Autoproduction



Un mystère. Voilà comment résumer ce premier essai d’ILLUMISHADE. Plutôt hypé par les singles révélés avant la sortie d’ECLYPTIC : Wake of Shadows, le résultat s’avère décevant mais surtout est source de nombreuses interrogations notamment sur la structure de l’album et son élaboration.

Quelle est exactement cette structure ? Et bien, sur treize propositions on retrouve pas moins de six interludes/intros soit près de la moitié et sept « véritables » morceaux c’est peu, surtout en en connaissant déjà trois : la surprise et la déception sont flagrantes. Pourtant tout est là pour faire voyager l’auditeur, un combo très proche de ses futurs fans avec tout un système de tribus sur les réseaux sociaux, basés sur les préceptes des illumis (connus comme les protecteurs du monde). Un test est disponible sur la page internet du quintet, pour savoir à quelle faction vous êtes affiliés et vous serez renvoyés vers un groupe facebook dédié. Bref tout ça pour dire que le teasing des Suisses était intéressant, donnait envie et possédait un atout de charme: Fabienne. L'Helvète, nouvelle vocaliste chez Eluveitie (La chanteuse a tout de suite pris la relève de fort belle manière d'Ana Murphy partie créer Cellar Darling), a fondé ILLUMISHADE avec son acolyte Jonas. Son timbre envoûtant faisait déjà mouche sur Ategnatos, et cela était confirmé par les singles proposés en amont de la sortie d'ECLYPTIC : Wake of Shadows. Extraits intéressants, que ce soit la power ballade "Rise" ou la réussie "World's End", qui confirmait cette sensation de future réussite. Malheureusement l'essai longue durée fait un peu pschitt, car le tout sonne presque vide. "Crystal Silence", dernier extrait, le laissait déjà présager. En dehors de l'excellente "Tales Of Tide", en duo avec Chriegel d'Eluveitie, les autres titres non connus ne marquent absolument pas, même après de très nombreuses écoutes. Pire, un titre comme "What Have I Become" me fait systématiquement penser à La Petite Sirène. C'est dire. Quant à "Muse of Unknown Forces"et "Golden Lands" je n'en retiens strictement rien.
Alors pourquoi s'entêter à chroniquer me direz-vous, pire, pourquoi s'infliger de nombreuses écoutes ? Bonnes questions. Là où ILLUMISHADE marque un point, ce n'est pas sur la création de titres metal/pop mélo-sympho mais sur une ambiance, un son, une marque de fabrique. Si cela se révèle très (mais alors très) easy listening, à travers ce premier essai, les Suisses accomplissent un déjà bien bel exploit en créant une œuvre qui ne ressemble à aucune autre, où après quinze minutes d'écoute on ressent une patte ILLUMISHADE qui s'avère bien agréable quand ça matche, que ce soit la puissance de "Tales of Tide", la beauté de "Rise" ou l'épique "World's End". Fabienne y est simplement fantastique et passer à côté de sa prestation serait dommage. De plus, si tous ces interludes, instrumentauxs, intros m'ont sérieusement déprimé, il existe ce fil conducteur qui fait donc qu'on y revient, comme quand on mange un paquet de bonbons, c'est mauvais, mais c'est doux et sucré et on continue d'y piocher. L'exemple de la cohérence, de la continuité de ce premier effort est l'interlude "The Calling Winds" qui pose la base du recueil (ce qui est rageant car on ne comprend vraiment pas l'intérêt de "Passage Through the Clouds", idem pour l'outro qui n'apporte rien du tout) : la proposition nous emmène droit dans le monde des Helvètes. C'est très (très) pop dans les lignes de chant (souvenez- vous, La Petite Sirène) mais la rythmique (guitare+batterie) ne se cache pas, les claviers n'emportent pas tout comme sur "Beyond the Obsidian Veil" également. Tout cela aboutit à un résultat des plus frustrants. Une idée sublime, une modernité d’approche via les réseaux sociaux, une base metal évidente, une metal mélodique assumé, une Fabienne éblouissante, un fil conducteur que l'on saisit, mais qu'est-ce que c'est bancal !

Ce côté bancal fait d'ECLYPTIC : Wake of Shadows une véritable déception, mais pas un échec cuisant. Les qualités détaillées ci-dessus sont réelles et le combo a clairement les moyens de faire mieux (et surtout plus consistant, par pitié) dans le futur. En attendant, on retiendra quelques excellents titres à glisser dans vos playlists préférées (en rouge, à gauche) et vous pouvez clairement faire fi du reste. Verdict: encouragements.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1