18370

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 05 juin 2020
Sa note : 17/20

LINE UP

-Audrey Sylvain
(chant)

-Thibault Svl
(tous les instruments)

TRACKLIST

1) Litanies
2) Gemmes de Nuit
3) Mémoire d'Outre Auvergne
4) Gerbe de Nuit
5) Guérilla

DISCOGRAPHIE


Malenuit - Incandescente (EP)
(2019) - black metal shoegaze - Label : Antiq Records



Sous les balles, je me promène.
-Attention !
Un morceau de monde s’écroule devant moi. J’ai dû faire un pas de côté pour ne pas tomber avec.
-Mais voyons, viens te mettre à l’abri !
Non, je ne peux pas. Masochiste, je veux continuer à me promener au milieu du champ de bataille (encore) silencieux. Et laisser le vide me gagner. C’est la seule manière d’apprécier à sa juste valeur le chant d’Audrey.


Incandescente c’est un peu une rétention dans le vide, un moment de sérénité tout en bas, quand il ne reste plus d’air dans les poumons. Le bébé d’Audrey Sylvain c’est le moment de calme vers deux, trois heures du matin, dans une ville endormie après une nouvelle journée de tourment. Quelques éléments gothiques -les premiers moments de "Litanies", dignes d’un album culte de gothic-doom du début des années quatre-vingt-dix ou l’enrobage fantomatique de "Mémoires d’Outre Auvergne"- ne doivent pas induire l'auditeur en erreur. Le premier EP de la chanteuse ne donne pas dans la fioriture. Pas non plus dans la violence, les guitares en mode black metal/shoegaze ne sont pas spécialement agressives. Non, en vérité, l’ensemble transmet une sensation de dépouillement, d’abandon. Cette manière si juste et directe de chanter, et d’utiliser sa voix comme la baguette d’un chef d’orchestre, indiquant le rythme aux musiciens, vous va droit au cœur et agit comme un purificateur. Dans cette atmosphère proche de celle créée par Geoffroy D. avec Dernière Volonté - même si musicalement, les deux projets sont bien éloignés - l’ego boursoufflé perd de la force, les vanités s’effacent, il ne reste que l’essence des choses. Celle qui ne peut être perçue que de nuit, sous les auspices d’une pleine lune, judicieusement représentée sur la pochette de l’EP. Notre intimité ultime. De sa voix issue de la lignée des grandes chanteuses françaises du siècle précédent - Mylène en tête - Audrey nous invite à une ultime ballade, répétée en boucle. Que ce soit en mode « catchy » -"Gerbes de Nuit" et son refrain répété à l'envi a tout d’un « anthem » - en poème doux et tourmenté ("Mémoires d’Outre Auverge") ou sous forme de pamphlet ("Guérilla"), le shoegaze de Malenuit allie grâce, vérité et désespoir dans un monde nocturne où le sommeil est une utopie. Magnifique.

Pourvu que ce ne soit que le prélude. Malenuit a tout du projet sublime ne donnant que quelques fruits. Étant donnée la saveur amère et addictive du premier d’entre eux, je rêve d’un panier rempli d’œuvres aussi poétiques, évocatrices et vraies qu’Incandescente. Mais on sait que les rêves ce ne sont justement que ça. Des rêves.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4