18359

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 26 mai 2020
Sa note : 17/20

LINE UP

-Evan Salvador
(chant+guitare)

-Patrick Leyn
(basse)

-Evan Knight
(batterie)

Ont participé à l'enregistrement :

-Adrienne Elizabeth Catli Cowan
(chant sur 5 et 9)

-Cody James "J." Tyler
(piano sur 1)

TRACKLIST

1) Intro
2) The Aversion
3) Death of the Paragon
4) Exile Unto Divination
5) Conjunction of Souls
6) The Threshold
7) Deus Delenda Est
8)
Bloodstained Citadel
9) The Restitution

DISCOGRAPHIE


Pile Of Priests - Pile Of Priests
(2020) - death metal mélodique et progressif - Label : Rockshots Records



Pour leur deuxième effort longue durée, Pile Of Priests décide de faire un album concept. Porté par leur leader Evan Salvador (chanteur, guitariste, compositeur des morceaux et porteur dudit concept), le groupe a évolué vers une death metal mélodique et progressif. Qu’en est-il de ce recueil éponyme ? Prendrez-vous goût au voyage proposé ?

Tout démarre sur une introduction au piano composée par un guest, Cody J. Tyler. C’est une belle pièce, mélodique et porteuse de dissonances bienvenues qui annoncent le monde dystopique à venir. Après un premier morceau de death rentre-dedans pour mettre dans l’ambiance, Pile Of Priests nous montre l’étendue de ses qualités progressives avec "Death Of The Paragon". Six minutes de musique, un début tout en narration avant que la tempête de ne déchaîne, des changements d’ambiance, de la mélodie… Beaucoup de richesses dans ce morceau caché derrière l’accroche immédiate des riffs. On remarque très vite l’importance de la basse dans la musique de Pile Of Priests. D’abord, le mixage la met clairement en avant. Le son de cet album est rond, chaud... Organique ! On est loin des productions mécaniques et tranchantes. Vue la qualité des passages joués par la basse, on est d’autant plus heureux de l’entendre aussi bien ! Cela donne un surplus de personnalité au groupe. Car ce n’est pas foncièrement l’originalité qui est au cœur du projet. C’est un groupe de death mélodique progressif qui produit une musique telle que l’on pourrait l’imaginer : growl, riffs gras et quelques envolées lyriques avec des leads mélodiques et inspirés. Mais c’est bien fait, très bien même et cela fait toute la différence.
Le ou plutôt la deuxième invitée sur Pile of Priests est la chanteuse Adrienne Cowan. Elle apparaît sur "Conjonction of the Souls" et "The Restitution". Son growl est assez désagréable et ses apparitions cassent l’ambiance (dans tous les sens du terme) plus qu’autre chose. Sa présence fait probablement partie du concept, mais ce n'est pas réussi. En revanche, lorsqu’elle intervient en voix claire sur "The Restitution", la pertinence est évidente. Son timbre se révèle approprié et apporte une couleur indéniable au morceau, le plus long de l'enregistrement. Car si notre chanteur en titre possède un beau growl, bien gras et grave, la variété n'est pas son fort. Cet écueil signalé, force est de constater que cet album s’écoute avec grand plaisir et un sérieux goût de reviens-y. Il évite de traîner en longueur avec (seulement) quarante-cinq minutes au compteur pour neuf morceaux et termine sur une magnifique pièce, maîtrisée de bout en bout. Le côté conceptuel reste léger et se remarquera dans certains enchaînements de pistes. Ainsi, l’interlude "The Threshold", calme et posé, introduit parfaitement "Deus Delenda Est" et il est difficile de ne pas voir l’ensemble comme une grande pièce unique de huit minutes. La qualité des morceaux, indéniable, est d'une remarquable homogénéité sur l'ensemble de la réalisation.


Quelle belle réussite que ce Pile Of Priests ! Conçu comme une pièce d’ensemble, l’album progresse à la faveur d'une musique accrocheuse et riche, et de quelques beaux moments de bravoure. Sur ce deuxième LP, la section de Denver prouve que la maturité est déjà là. Et si vous êtes particulièrement amateur de basse, vous y trouverez un intérêt supérieur encore. À découvrir d’urgence pour les amateurs de death mélodique un peu gras sur les bords.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1