18332

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 04 mai 2020
Sa note : 14/20

LINE UP

-Corvus
(chant+guitare)

-Insanis Xul
(guitare)

-Kryth
(batterie+basse)

TRACKLIST

1) Kuolleestasyntynyt 
2) Tuhontuoja
3) Syyttäjäenkeli
4) Riivattu
5) Yön Lapsi
6) Nox

DISCOGRAPHIE


Korgonthurus - Kuolleestasyntynyt
(2020) - black metal - Label : Woodcut Records



C’est le problème du black finlandais, des noms à rallonge pas possibles. Heureusement qu’on a inventé le copier-coller, sinon je ne pourrais vous parler de Kuolleestasyntynyt dans cette introduction. D’ailleurs, le copier-coller facilite beaucoup de choses, tenez, Kuolleestasyntynyt est un album de Korgonthurus et Kuolleestasyntynyt sort en cette ignominieuse année 2020. Kuolleestasyntynyt… bon ok, vous avez compris.

Black finlandais ? Oui, il semble y avoir une certaine mode pour la chose ces deux-trois dernières années. Portée par le quasi père Horna (Beherit remonte à trop loin), la scène se caractérise par des mélodies développées, pourtant enveloppées dans un substrat abrasif et grésillant. Korgonthurus en est un exemple flagrant. Le son de l’album est presque un copier-coller (tenez, on se retrouve) du double de Horna dont je n’ai absolument pas envie de réécrire le titre, le fait que le chanteur soit commun aux deux sorties doit également jouer. Et plus que le son, on retrouve également du split Horna/Behexen (que je vous conseille fortement au passage) dans les compositions. Tout cela traduit une orientation forte : oui, Korgonthurus a des influences évidentes.
Pour autant, cela n'arrive pas à ternir notre appréciation de la musique de la horde. Est-ce ce supplément d’âme si difficile à décrire ? Cette volonté que l’on devine acharnée ? Un subtil mélange des deux couplé à une beauté noire que l’on respire à des kilomètres à la ronde. Les mélodies présentes en nombre (que l’amateur de heavy ne se réjouisse pas trop vite, il faudra passer outre un son décapant) n’occultent pas toute la froideur consubstantielle du genre. Corvus hurle sa haine du genre humain et du Christ (on devine, car tout est en finlandais, ou finnois) à travers un chant écorché au possible, purulent de rejet des autres. La formule est en fait très efficace, aussi étrange soit-il à écrire pour une sortie, somme toute, très extrême dans sa forme.
Les chansons sont toutes vectrices de black metal pur via des riffs simples et répétés et il faut bien avouer que Korgonthurus tape dans le mille. De toute ce magma brûlant (ironique pour un groupe dont la froideur est une marque de fabrique) ultra homogène ne ressort pas une piste en particulier, preuve s’il en est de la cohérence de l’album, mais un ensemble de qualité, sans temps mort ni véritable variation. C’est sûrement ce dernier point qui perdra les rétifs au genre. Pourtant les rythmes sont variables, et presque variés. L’ambiance demeure néanmoins d’une similarité impeccable et incompatible avec une véritable aération qui n’est pas indispensable au vu de la teneur du propos.


Kuolleestasyntynyt (re-merci le copier-coller) est une bonne sortie, oui. Dans un genre très limité et réservé aux puristes d’une certaine vision du black metal, les Finlandais apportent de l’eau à leur propre moulin finlandais, car il n’est bien question que de Finlande, et uniquement de Finlande ici-bas. C’est goûtu lorsque le talent est là. En plus, la pochette est vraiment belle.

Pour aller plus loin : 





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1