18323

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 23 avril 2020
Sa note : 14/20

LINE UP

-Anette Ingegerd Olsson Husgafvel
(chant)

-Russel Allen
(chant)

-Magnus Karlsson
(guitare+basse+claviers)

-Anders Köllerfors
(batterie)

TRACKLIST

1) Never Die
2) Worlds Appart
3) I'll never Leave You
4) What If I Live
5) Lost Soul
6) No Sign of Life
7) One More Chance
8) My Enemy
9) Who You Really Are
10) Cold Inside
11) Who's Gonna Stop Me Now

DISCOGRAPHIE

Worlds Appart (2020)

Allen/Olzon - Worlds Appart
(2020) - power metal téléphoné mais efficace - Label : Frontiers Records



Alala, les projets entre chanteurs, toute une histoire, surtout chez nos amis suisses de Frontiers ! Le dernier tirage au sort à parlé : à ma gauche, Russel Allen (qu'on ne présente plus, faut pas déconner); à ma droite, Anette Olzon (sérieusement, faut vous la présenter?). Et bim, ça donne Allen/Olzon, enfermés dans deux monde séparés et qui nous offrent Worlds Appart (non, pas le boys band).

On en rigole bien sûr, mais sur le papier le projet fait sourire, car même si ce sont deux vocalistes de talent, et quand on sait que tout s'est fait à distance (les deux comparses se sont-ils même déjà rencontré au moins une fois?), on ne peut s’empêcher d'être blasé. Que vaut ce premier effort? Et bien on navigue entre l'excellent, le bon et le bof bof. Ça commence plutôt bien avec "Never Die", bombe heavy/power chantée exclusivement par Monsieur Allen et qui met tout le monde d'accord sur son talent vocal. Rythmiquement, le titre renvoie aux heures de gloire du genre. Bref, un début d'annonce en fanfare. Le découpage de l'album, les titres, les paroles, rien n'est laissé au hasard. On n'est pas dans le concept album, mais une cohérence existe et les deux chanteurs ne sont donc pas toujours présents ensemble sur tous les morceaux. Et cela va être la « curiosité » de l'effort, car les titres qu'ils se partagent sont en effet loin d'être les meilleurs. Les plus enthousiasmants seront plutôt "Never Die", mais également "I'll Never Leave You", assuré par la Suédoise. Qu'elle bombe mes aïeux. Bien aidée par un riff démentiel de Magnus (un nom qui revient souvent également) et la batterie de d'Anders, l'intro sonne très Evergrey et envoie clairement la sauce. Les lignes de chant de la miss sont impeccables et montrent qu'elle assure sur des compos speed/power. Ce n'est pas tout, comme elle l'a démontré sur les ballades d'Imaginaerum, des chansons plus douces lui siéent à merveille, comme "One More Chance". Certes, la compo est d'une banalité affligeante, mais vocalement, c'est juste très beau. Et que dire de "Cold Inside" où l'infirmière dans la vie civile délivre un instant de perfection, tout en douceur et en justesse ? Concernant l'Américain, il a également droit (pas de jaloux) à sa compo d'une banalité sans nom ("Lost Soul") et lui aussi sauve les meubles grâce à son talent. Heureusement, sa propre ballade, "Who You Really Are" est assez touchante, un peu téléphonée (le pont) mais ça fonctionne pour les petits cœurs sensibles.
Le binôme a ainsi trois titres chacun et cinq en commun et ce sont ces derniers qui font que l'album est juste sympa et non pas excellent. Si "What If I Lived" fonctionne car c'est une jolie mid-tempo un peu gnan gnan au plaisir coupable, le reste est clairement en dessous. "Worlds Appart" agace et "My Enemy" est un naufrage total."No Sign of Life" fonctionne par un bon refrain et Magnus qui sublime le titre. Quant à "Who's Gonna Stop Me Now", si elle n'est pas mauvaise, on attend plus d'un final. Ainsi, le gros problème de ce Wolrds Appart est le manque criant d'alchimie entre les deux vocalistes. On sent un album crée par des techniciens d'un côté et enregistré trop rapidement. C'est dommage, car les deux voix sont sublimes et quant les titres fonctionnent, l'étincelle apparaît. On se satisfera de cette première mouture qui reste sympa, mais qui s'oubliera au fin des années.
Si Russel Allen n'a pas grand chose à perdre au vu de sa renommée et de l'enchaînement de ses projets, il est en revanche dommageable de voir que depuis son départ de Nightwish, Anette n'est pas vraiment sublimée (comme Tuomas a pu le faire). Si le second The Dark Element a fait mieux que le premier essai, ce n'est pas suffisant et ce Worlds Appart non plus. Un diamant qui a encore besoin d'être poli.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1