18300

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 24 mars 2020
Sa note : 16/20

LINE UP

-Lars Bo Nepper
(chant+guitare)

-Sebastian Skousgaard
(guitare)

-Jacob Wammen
(basse)

-Jari Sielemann Holopainen
(batterie)

TRACKLIST

1) I Believe
2) They Have Returned
3) Nocturnality
4) R.R.D.
5) Living Hellscape
6) Taxidermic Divinity
7) Reset to Zero
8) Perpetuation of Addiction
9) Human Instrumentality
10) Embrace the Abyss

DISCOGRAPHIE

Demonology (2020)

Chronicle - Demonology
(2020) - melodeath un peu thrash/death - Label : Mighty Music



Si je vous dis « pays nordique », vous pensez à la Suède, forcément. Mais sûrement pas au Danemark. C’est pourtant de ce petit pays que proviennent les gars de Chronicle. On les comprend, ils sont si proches de Göteborg… Place aux tempos élevés, au chant hurlé et écorché, aux riffs tranchants et aux leads mélodiques… Voyons donc ce que le groupe a à nous proposer pour leur deuxième album. Comme dirait George Lucas, c'est un nouvel espoir pour la scène melodeath.

Le groupe se revendique comme un rejeton de Children Of Bodom et Dark Tranquillity. On reconnaît aussi l'influence d'At The Gates, mais ce n’est pas vraiment surprenant. On a droit à du melodeath teinté de thrash, agressif et bourré de mélodies. Le groupe évite intelligemment le piège du chant clair et laisse la partie mélodique aux leads et solos de guitares, nombreux et variés. Techniquement, les Scandinaves montrent leur maîtrise sans peine. Ça va vite, ça balance du riff à tour de bras. Ce Demonology se veut rentre-dedans. Un bon petit côté claque dans la gueule, rafraîchissant. Le genre de truc qui vous réveille au matin façon seau d’eau glacée. Tout commence par "I believe" scandé à la manière d'un discours. Ça monte jusqu’à envoyer le premier morceau sur une autoroute. Les gars savent vraiment mettre en valeur leurs compositions. Pour "Living Escape", ils instaurent le calme avant la tempête. Quelques arpèges doux et lents avant de balancer un riff tueur qui martèle nos sens. Jouissif ! Dommage que le refrain soit un peu plat comparé au reste du morceau très accrocheur.
Chronicle joue beaucoup avec l’enthousiasme de sa jeunesse. Les tempos sont toujours élevés. "Reset to Zero", le morceau le plus court de l’album (moins de trois minutes !) paraît même joué en accéléré… Un petit côté démentiel très appréciable. Tout cela est rendu possible par un batteur très au niveau qui gère les changements de rythme ainsi que les accélérations avec une grande maîtrise. Beaucoup de pertinence dans son jeu qui se laisse apprécier d’autant plus avec les écoutes. Les petits gars n’ont peur de rien. Ils nous proposent même un instrumental très réussi, "Perpetuation of Addiction", qui possède lui aussi un côté foufou et quelques passages ultra-mélodiques qui vous font dresser les poils. Il faut noter aussi le beau travail de production qui est fait sur cet album. Les guitares sont tranchantes, la batterie bien mise en avant, et le son précis et puissant. Cela joue beaucoup sur l’efficacité du groupe. Finalement, c’est sur les refrains que Chronicle s’en sort le moins. Rarement mémorables, ils ont tendance à faire baisser l’intensité plus qu’autre chose. Quand on joue sur l’agressivité, il est toujours difficile de baisser le rythme pour apporter un peu d’accroche. Cependant, pas de quoi ennuyer l’auditeur. On voit plutôt qu’il reste une marge au groupe pour aller encore plus loin.

Chronicle est une belle surprise or en melodeath, les surprises sont rares. Techniques, accrocheurs, mélodiques, furieux, les Danois proposent des passages complètement jouissifs qui prennent vraiment aux tripes. Un très bel espoir, à suivre d’urgence pour les fans de melodeath et assimilés.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4