18270

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 08 février 2020
Sa note : 15/20

LINE UP

-Kena "K-2T4" Strömsholm
(chant)

-Teemu "de Monde" Saari
(guitare)

-Timo "Neptune" Kontio
(guitare)

-Antti "Anzhaar" Pasala
(claviers)

-Mika "Mr. Oos" Aalto
(basse)

-Jani "Grief" Martikkala
(batterie)

TRACKLIST

1) Trollfan
2) The Room of Thousand Arts
3) Som öppna böcker
4) Je te connais beau masque
5) Mikrobotik Fields / Ur åldrig saga och sång
6) Samtal med tankar - Halo of Words
7) September (När hjärtat blöder)
8) Kärsimyksien vaaleat kädet

DISCOGRAPHIE


...And Oceans - The Dynamic Gallery of Thoughts
(1997) - black metal - Label : Season Of Mist



…And Oceans c’est un peu un électron libre du black metal, le trublion noir, le groupe que l’on sort pour briller en société si l’on souhaite impressionner son auditoire (à condition que celui-ci soit composé de fans de black metal, tout de même). Comment ça ? Vous ne connaissez pas ? Ok, bien de mauvaise foi serait celui qui vous jetterait la pierre. Car tout poil à gratter fussent-ils, les Finlandais n’ont jamais glané une notoriété délirante. La faute à pas de chance ?

Non, probablement la faute à une musique qui voulait se démarquer de celle de ses congénères. Car pour se forger la réputation qu’on lui connaît maintenant, …And Oceans a bravé les vents et proposé dès le départ (il s’agit bien d’un premier album que voici) des compositions sortant des carcans du monde froid et sombre du black metal. Certes, le blast beat est au menu, certes le chant raclé est fort logiquement présent. Mais il faut admettre que le tout n’est pas présenté de la façon la plus évidente qui soit. Si l’on prend ce qui est historiquement leur première chanson, "Trollfan", nous sommes face à un amoncellement de mélodies. Mélodies des guitares dont les riffs ne sont pas le menu fretin de votre genre favori. Mélodies des claviers qui vous entraînent. Car oui, sur cette première incartade dans le monde de la production musicale, …And Oceans envoie une ligne de claviers toute simple, une dizaine de notes tout au plus, qui reste en tête et… oui, donnerait presqu’envie de bouger.
Seulement tout n’est pas aussi facile. Car la batterie ne se contente pas d’être un poum tchac de référence. Il lui arrive d’attaquer la vitesse du blast, de descendre les toms. Eloignée de l’univers du facile à écouter. Et ces claviers qui produisent la mélodie semblent dicter aux guitares la marche à suivre par moments, le monde à l’envers ! D’ailleurs ils ne se contentent pas d’envoyer des notes, ils se muent en piano, ils plaquent des symphonies pour rappeler les grandes heures du black sympho qui vit alors encore sous le charme de Emperor et Dimmu Borgir entre autres. Richesse des interventions et diversité des rythmes. Ils sont bien la star de l’album. Même si les guitares ne sont pas pour autant transformées en accompagnatrices, elles doivent céder de l’espace à l’évidence. C’est alors que le disque se dévoile: mélodies, symphonies, séquences éthérées, bizarreries. …And Oceans joue de tout cela à la fois et bouscule les conventions pour notre plus grand plaisir.
Fait amusant, malgré cette fougue, la musique de The Dynamic Gallery of Thoughts est finalement étonnamment homogène. Homogène dans sa capacité à maintenir un niveau de cohérence et de parti pris. Homogène dans sa continuité sonore. Homogène malgré ses différentes approches et ses variations. Car le tout baigne dans une atmosphère prégnante et palpable. Et bizarrement il ne s’agit pas de folie pure, mais plutôt d’une ode à la découverte. Volonté de surprendre aidant, nous auditeurs nous laissons guider dans un kaléidoscope sensitif dont nous admettons les limites. Car elles existent. La production au premier chef, victime du syndrome du premier opus. Non pas qu’elle soit infâme, elle aurait mérité une profondeur plus adaptée à un style volontairement riche. La batterie a cette tessiture plastique un poil désagréable. Et puis de folie, il aurait fallu s’y plonger corps et âme. Car nous revenons à l’homogénéité constatée plus tôt, peut-être bloque-t-elle l’explosion attendue compte tenu de l'orientation musicale de la troupe.


Électrons libres certainement, les Vikings ne se refusent que peu de choses. Cependant, et à regret, ce qu’ils se refusent est probablement le plus notable. Leur recueil se prénomme « The Dynamic »  et certainement aurait-il fallu plus de dynamique dans l’intensité du propos. En l’état ne vous y trompez pas, ce fut, et c’est toujours une sortie à découvrir.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2