18258

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 15 janvier 2020
Sa note : 15/20

LINE UP

-Trond "T." Ciekals
(chant+guitare)

-Lloyd "Mannevond" Hektoen
(chant+basse)

-Bård Guldvik "Faust" Eithun
(batterie)

TRACKLIST

1) Ormer til armer, maane til hode
2) Et menniskes hele korpus og legeme
3) Den gang jeg banket paa helvedes tunge doer
4) Dreb dem alle, herren vil gjenkjenne sine
5) Ved Hildr's haand for Hel
6) Det eders herre lover er mer enn hva mennisket taaler

7) Over svarte skriigende skoger
8) Illoyegd foedt som Satans barn, paa ferd uden spor af menneskeverd

DISCOGRAPHIE


Djevel - Ormer til armer, maane til hode
(2019) - black metal - Label : Aftermath Records



Bon ok, c’est souvent galvaudé comme terme « supergroupe » (il est associé à Djevel), et dans le cas présent, c’en est une nouvelle démonstration. Mais avouez que le line-up a de la gueule: Faust à la batterie (oui oui, celui de Emperor, et accessoirement Aborym parmi tant d’autres) ainsi que Mannevond (Koldbrann) à la basse et au chant écorché. Et accompagnés de Trond Ciekals (Lja) à la guitare. Je vous l’accorde, un Arcturus en impose bien plus avec toutes les stars qui l’ont incarnés. Mais il faut apprendre à ne pas systématiquement cracher dans la soupe, c’est mamie qui l’a dit.

D’autant que la soupe a l’air bonne. Preuves en sont les différentes et élogieuses chroniques qui pointent çà et là sur le web. Évidemment, internet n’est pas la source ultime de la vérité, néanmoins, sachons accorder quelque crédit à ces multiples occurrences. Et si l'on examine le pedigree des membres du projet, on s’aperçoit que si ces derniers ne sont pas des superstars absolues, ils ont du beau bagage en soute. Faust est le plus connu et le moins à présenter. Toutefois si Emperor reste la référence dominante de sa carrière, il ne faut surtout pas oublier son séjour chez Aborym, groupe fou de black electro. Mannevond est un bassiste compositeur, et avec Koldbrann on se remémore avec émoi son Nekrotisk Inkvisition. Et le monsieur Ciekals a offert de merveilleux riffs black metal sur Til avsky for livet. Que des albums fortement appréciés sur le site que vous lisez.
C’est fort à propos et sans surprise aucune qu’on retrouve un black metal très pur dans la lignée d’un Lja pour les riffs et mélodies, et Koldbrann pour le chant (sans déconner) criard et écorché, et pourtant mat de ton. Alors vous savez d’ores et déjà que Ormer til armer, maane til hode ne révolutionne pas le style, ce n’est pas sa vocation. Au contraire, sa vocation est d’être un bon et fier soldat, apte à attaquer le front en première ligne pour montrer aux hordes impies de quel bois est fait son genre adoré. De Lja, Djevel reprend également l’approche sonore avec des guitares très froides et saturées. La combinaison de ce son et des mélodies rend l’album très efficace pour l’amateur des noires contrées. Efficace et non lassant. C’est important car l'on pourrait craindre un effet dissipateur très rapide dans une telle configuration.
Heureusement, l’œuvre y réchappe grâce à une science évidente de la composition. Pointer une mauvaise chanson est un exercice impossible. L’homogénéité de cette sortie est probablement sa principale force, et le soin du détail donne à découvrir au fil des écoutes redondées. Jamais l’auditeur ne trouve le temps long. Survient toujours le riff qui tient en éveil, le blast qui fait chaud au cœur ou le cri qui au fond de nous éveille la pucelle sentimentale. Trop homogène ? Cela pourrait être une question si la qualité n’était pas maintenue à un niveau si élevé. Il faut le reconnaître, le compositeur responsable de ces chansons maîtrise son affaire et martyrise ses auditeurs. Le classicisme des titres empêche de tutoyer les hautes sphères du génie, mais quiconque s'estime sevré de bonnes sorties black metal peut y aller les yeux fermés. Djevel porte bien son nom, un joyau du nord [ndlr: bien tenté, mais « djevel » signifie « démon » en norvégien].

Vous me voyez venir à des kilomètres: cet album est chaudement recommandé pour les aficionados. Sans véritable fausse note, son plus gros défaut sera finalement son manque d’ambition. Il est possible de l’imaginer aller plus haut (©Tina Arena) avec une savante dose d’audace supplémentaire. On se contentera donc de ce à quoi on a à faire: un magnifique étalon de black metal norvégien en 2019.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4