18252

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 03 janvier 2020
Sa note : 17/20

LINE UP

-Gregor Mackintosh
(chant+guitare)

-Chris Casket
(basse)

Ont participé à l'enregistrement:

-Martyn Stansson
(guitare)

-Waltteri Väyrynen
(batterie)

TRACKLIST

1) The Rising Horder
2) Phantoms
3)
Nocturnal Vermin
4) Seven Crowns
5) Throne of Disgrace
6) Carved into the Skin
7) Parasite
8) Iniquitous Rage
9) Plague Nation
10) Scorn of the Father
11) Enemies of God
12)
Abandon All Faith

DISCOGRAPHIE


Strigoi - Abandon All Faith
(2019) - death metal doom metal crust ? si vous voulez - Label : Nuclear Blast



Abandonner toute foi. Raser les murs. Lécher les trottoirs. Noircir le portrait. Le rendre plus misérable encore. Tel est l’objectif de Greg Mackintosh, accompagné de Chris Casket, pour ce qui peut être vu comme la suite du projet Vallenfyre. Même si…

Même si les choses deviennent plus sérieuses à mon sens. De défouloir death old-school, on passe à autre chose. À une entité multiforme et épaisse. Faussement brute de fonderie. Enfin « faussement », on s’entend: la lourdeur n’est pas feinte, le côté fruste des mélodies en grave majeur, non plus. Mais en grattant un peu, on sent que la ficelle n’est pas si grosse que ça. Par moments, la dissonance instaure une ambiance presque black metal, ou en tout cas sombrissime, comme sur "Carved Into the Skin" ou sur "Phantoms". Strigoi se permet même un arrangement - oui oui ! - sur le titre éponyme, sous forme de voix fantomatiques, contribuant à créer cette atmosphère désespérée dans laquelle baigne l’œuvre. Ne nous fourvoyons cependant pas: pas de dark ambient en ces lieux. Avant de se passer la corde au cou et de serrer le nœud, remuons furieusement la tête quelques instants encore. Abandon All Faith regorge de passages old-school du plus bel effet, auxquels nos nuques ne peuvent se refuser.
L’album est placé sous l’auspice des antiques références que sont Harmony Corruption, World Downfall et, bien sûr, Lost Paradise, pour la suprême habilité de Maître Greg à ralentir le tempo à sa guise. Avec une poignée de graviers en plus. Et une envie de méfaire. Comme l’indiquent les références antérieures, l’album est exécuté en mode vitesse variable. Quelques passages en blasts, préparés à l’ancienne, comme sur "Nocturnal Vermin", très Brutal Truth, "Throne of Disgrace" ou "Parasite". Des moments de pure pesanteur –"Carved into Skin" ou le sepulcral "Abandon All Faith". Et du mid-tempo, du bon vieux mid tempo bien jouissif, permettant à Mr. Paradise Lost d’exprimer toute sa science du riff simple et efficace. À ce titre, des morceaux comme "Enemies of God", "Seven Crowns" ou le fantastique "Parasite", sont des merveilles. Ce dernier morceau est à faire écouter dans toutes les écoles. Simplissime et monstrueusement efficace. Et puis ce son… si grave… Il écrase tout sur son passage. Toute envie de rébellion. Nous sommes soumis. Apportez le goudron et la masse cloutée et faites ce que vous avez à faire. Mais surtout, surtout, prenez votre temps.

Abandon All Faith est un double mouvement: en arrière (dans le temps) et vers le bas (dans la fange). Noir, sale et foncièrement jouissif, Strigoi est un fabuleux downgrade de Vallenfyre, qui nous fait voyager à la fin des eighties, sans pour autant nous enlever le poids des ans. Abandonnez votre foi en des lendemains qui chantent. Oubliez tout et laissez vous porter par la magnificence de la laideur.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2