18251

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 02 janvier 2020
Sa note : 17/20

LINE UP

-Ben Wright
(chant)

-Rosario Piazza
(guitare)

-Daniel Herrera
(guitare)

-Jake Law
(basse)

-Doug Anderson
(batterie)

TRACKLIST

1) An Obsidian Perception
2) Enraged And Unbound
3) Codebreaker
4) Defy The Architect
5) A Prophetic Compulsion
6) Maniacal Disillusion
7) Fibers
8) Occulta Violentiam 
9) Protoplasmic Imprisonment

DISCOGRAPHIE


Unfathomable Ruination - Enraged and Unbound
(2019) - brutal death - Label : Willowtip



L’année qui tire bientôt sa révérence a été une année faste en termes de death metal. Les excellents disques sortis cette année sont assez nombreux. Il ne faudra pas oublier en 2019, aux côtés de Tomb Mold et Misery Index, pour ne citer qu’eux, Unfathomable Ruination qui entend dépeindre une plongée de l’être humain vers ses plus noirs penchants. Un disque qui fait perdre la raison ?

Pour qui n’est pas familier avec le groupe, quelques précisions d’usage seront donc nécessaires. La formation a vu le jour au Royaume-Uni en 2010 et depuis s’évertue à offrir un death metal très brutal et technique à la fois. Avec déjà deux albums au compteur, les Britanniques entendent bien confirmer tout le bien que l’on pense d’eux. Pourtant, après l’éclatant Finitude paru en 2016, ne serait-il pas délicat de repousser les limites et d’aller encore plus loin dans la débauche de virulence ? Comment surpasser cette sortie qui les avait intronisés parmi l’élite du style ? La réponse est en fait assez simple. Il suffit de garder ce qui fait l’identité du groupe depuis ses débuts tout en ne se contentant pas de s’auto-plagier. La première écoute de Enraged and Unbound ne choquera donc pas les amateurs des précédentes livraisons. Mais rapidement l’on notera que cet opus est moins sombre que Finitude. L’ambiance y semble moins lugubre au premier abord. N’allez cependant pas imaginer que le quintet se soit assagi et qu’il ait choisi de se laisser porter vers des sonorités pop. On est toujours dans un death bien brutal. Mais il est évident que l’ensemble pourra dans un premier temps paraître plus accessible. Paraître seulement…
Comme pour ces prédécesseurs, ce troisième album demandera moult écoutes et une attention folle pour déceler les grandes richesses qu’il contient. Malgré une approche qui semble plus aisée, Enraged and Unbound prend de plus en plus de consistance à force d’étude. Alors certes, certains morceaux viennent vous frapper directement en plein visage et l’on apprécie tellement de se faire molester qu’ils demeurent toujours parmi les meilleurs. "Enraged and Unbound" et "Defy The Architect" avec leurs riffs canons vous donneront envie de vous arracher la tête ou celle d’autrui, sait-on jamais. D’autres titres prendront leur temps pour se dévoiler réellement et finiront, vous l’aurez saisi, par s’insinuer sournoisement dans votre esprit. Finalement, pas de faiblesse ici. Les musiciens hors-pairs sont parvenus à rendre un disque qui semblait plus simpliste, le terme est ici à prendre avec des pincettes, très dense. Les guitares sont à la fois tranchantes et mélodiques, la section rythmique semble une fois encore victime de crises d’épilepsie. Mention spéciale au batteur, Doug Anderson, dont la prestation sans faille impressionnera même les plus aguerris. Les apports de Sven de Caluwé et de Julien Truchan, respectivement échappés d’Aborted et de Benighted, sur "Occulta Violentiam" et le splendide "Defy The Architect", seront une raison supplémentaire de succomber aux charmes putrides qui émanent de cette production.

Troisième album et troisième tuerie. Nul doute que Enraged and Unbound permettra de mettre en lumière l’immense talent des Anglais. Et de faire d’Unfathomable Ruination l’une des valeurs étalon du brutal death technique. Soyez donc aventureux et venez plonger dans cette délicieuse descente infernale d’une virulence peu commune.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7