18248

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 01 janvier 2020
Sa note : 14/20

LINE UP

-Mudamer
(chant)

-Mephisto
(guitare+basse)

-Ostron
(claviers)

TRACKLIST

1) Mirath Al Shar
2) Min Trab Al Jahel
3) Hayat Al Khlood
4) Ashab Al Aika
5) Al Qaum, Hakem Al Huroob
6) Kiram Al Mataia
7) Ez Al Mulook
8) Bani La’em
9) Wa Ma Kan Lil Sufha’ Entisar

DISCOGRAPHIE


Al-Namrood - Kitab Al Awthan
(2012) - black metal Arabe - Label : Sheytan Productions



Certains groupes imposent le respect par leur talent. D’autres par leur créativité. D’autres encore par leur intégrité. Al-Namrood va plus loin que la simple intégrité, il joue avec sa vie, littéralement. Imaginez un groupe de black metal arabisant en Arabie Saoudite, pas l’endroit le plus tolérant de la planète. Alors faire des paroles blasphématoires envers Allah, le Coran et la religion musulmane en général en étant un local, c’est ce qu’on appelle couillu. Qui plus est, le groupe ne se démonte pas artistiquement et use véritablement de son terroir.

Al-Namrood s’est fait un nom dans le milieu du black folk avec les années. Black folk désignant ici black arabisant et bourré de rythmiques orientales ainsi que des (imitations d') instruments orientaux. Le plus étonnant dans tout ça étant que malgré les interdits et les difficultés en découlant, Al-Namrood (« Celui qui ne croit pas » si vous voulez tout savoir, et plus truculeusement, un personnage historique qui aurait déclaré « Je suis le Dieu de toute la création » pour bien pousser le vice de la provocation à son terme) présente des compositions relativement chiadées. L’aspect riff, le plus évident, est présent, sans démonstration délirante mais avec des idées et surtout une manière de faire bien différente des collègues occidentaux, et bien sûr norvégiens. Il y a une réelle patte orientale, totalement arabisante.
Seulement le groupe ne s’en est pas tenu uniquement à appliquer ses racines aux riffs et rythmiques. Petit aparté sur la batterie d’ailleurs, elle est tenue par une boîte à rythmes. Elle vaut ce qu’elle vaut, c’est-à-dire mieux que rien, mais elle a le mérite d’accompagner les chansons dans leurs variations arabes. Al-Namrood profite des claviers pour placer de « véritables » instruments du cru qui donnent à mon sens le grand intérêt de ce disque : son côté folk issu de la péninsule arabique. Car il y a un sens hypnotique propre à la musique arabe, ses rythmiques, ses sonorités, que l’on retrouve dans ce Kitab Al Awthan. Et le mieux dans l’affaire, c’est que les affreux Arabes en collent à tout-va. Il n’y a pas de demi-mesure, comme s’ils avaient bien compris qu’il s’agissait là de leur élément différenciant numéro un. Différenciant et maîtrisé, car oui, ces hérétiques maîtrisent les codes de leur culture et savent lui rendre hommage (hommage ou blasphème supplémentaire ??).
Alors profitez de cette débauche orientale, car Al-Namrood a manifestement décidé de s’orienter (uh uh) vers un monde plus punk pour ses livraisons postérieures. Ici la musique reste fermement ancrée dans le metal, noir si vous souhaitez vraiment y accoler un qualificatif, mais surtout metal arabe. Certes la production est limit(é)e. On imagine le peu de moyens à la disposition des téméraires musiciens. A ce propos, si on peut décemment s’inquiéter pour leur sécurité, pas mal de rumeurs semblent tourner à leur sujet. Ils ne seraient finalement pas localisés en Arabie Saoudite mais au Canada. Quoiqu’il en soit, leur musique est radicalement marquée par leurs origines. Et chose la plus étonnante, mérite l’écoute au-delà de la simple curiosité. C’est bien ce qui transparaît des titres présents sur cette galette qui font montre d’une science de la composition certaine.


Tour de force idéologique plus que musical, Kitab Al AwthanLe livre des idoles ») demeure une fort intéressante réflexion sur la métallurgie dans le monde musulman et dans la musique arabe. Armé de rythmiques typiques et d’instrumentations superbement intégrées à une base plus typiquement metal, ce disque mérite le détour pour peu qu’on dépasse son aspect technique totalement délabré. Rajoutez un bon point si vous êtes curieux de musique arabe. Tout ça évidemment sur le label du satan (Sheytan) musulman.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4