18240

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 18 décembre 2019
Sa note : 13/20

LINE UP

-Ingrid Madeleine "Eleine" Liljestam
(chant)

-Rikard Ekberg
(chant+guitare)

-Ludwig Dante
(guitare)

-Anton Helgesson
(basse)

-Jesper Sunnhagen
(batterie)

TRACKLIST

1) Enemies
2) All Shall Burn
3) Mein Herz Brennt (Rammstein cover)
4) Hell Moon (We Shall Never Die) (symphonic version)
5) All Shall Burn (symphonic version)

DISCOGRAPHIE


Eleine - All Shall Burn (EP)
(2019) - metal symphonique - Label : Black Lodge



Un an et demi après Until The End, leur second album, les suédois d’Eleine sont de retours avec un EP, All Shall Burn afin d’avoir un support à promouvoir pour leur tournée européenne de 2020 en première partie de Myrath.

Cette nouvelle sortie est composée de deux inédits ("Enemies" et "All Shall Burn") une reprise de Rammstein ("Mein Herz brennt") et deux versions orchestrales (appelées ici « Symphonic Version », mais on est clairement dans le registre de ce que les groupes de metal sympho appellent « orchestral version »). Quoi de neuf sous le soleil, alors ? Et bien pas grand-chose. J’ai été agréablement surpris par Until the End qui est une bonne composition du genre, sans rien inventer mais très bien exécutée. Ainsi le quintet ne change pas la recette. Orchestration imposante, chœurs, riffs dodus ("Enemies"), refrain efficaces, etc. C’est clair comme de l’eau de roche et ça fonctionne. "Enemies" fait figure de tube avec un refrain qui fonctionnera en live et son petit solo inspiré par la musique classique. "All Shall Burn" est quant à elle un peu plus grandiloquente avec la présence de chant clair masculin qui apporte un petit vent de fraîcheur. Il faut noter le très bon travail de production et de mixage, à des années lumières de la grande partie des groupes tentant de se faire une place au soleil.
Côté chant, Madeleine utilise un chant proche du lyrisme avec quelques montées mais sans jamais essayer d’atteindre des notes qu’elle ne peut aller chercher. Son timbre se révèle doux et sensuel sur le refrain d’"All Shall Burn" notamment. Ces deux titres voient intervenir ponctuellement les grunts puissant et maitrisés de Rikard. Ceux-ci prennent toute leur place sur la reprise de Rammstein, qui est la grosse déception de cet EP. Si la cover est bien exécutée, c’est, mélodiquement, la copie conforme de l’originale sans rien ne lui apporter. Enfin les versions orchestrales proposées sur All Shall Burn sont plutôt sympathiques mais je n’ai jamais été fan du concept. Les Suédois, assumant leur code visuel (maquillage sombre et tenue sexy pour Madeleine), comptent bien passer un cap avec leur tour d’Europe en compagnie de Myrath et All Shall Burn est clairement là pour apporter une nouveauté. On s’en contentera…

All Shall Burn ne fait pas plus ni moins que son rôle d’EP: Apporter de la nouveauté dans le cadre d’une tournée et faire patienter ses fans avant un nouvel effort longue durée. Espérons que le succès soit au rendez-vous et qu’Eleine revienne avec un LP plus sophistiqué en apportant une touche plus personnelle à un genre qu’ils maitrisent parfaitement mais avec lequel il est extrêmement difficile de se distinguer. À suivre.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3