18220

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 16 novembre 2019
Sa note : 14/20

LINE UP

-Ravn
(chant)
 
-Archaon
(guitare)
 
-Seidemann
(basse)
 
-Frost
(batterie)

TRACKLIST

1) Abyssos Antithesis
2) Through Eyes of Stone
3) Tunell of Set VIII
4) Enter Cold Void Dreaming
5) Towers Upon Towers
6) Tunnel of Set IX
7) Deeper Still
8) Striding the Chasm
9) Dødskamp
10) Tunnel of Set X
11) Stand Tall in Fire

DISCOGRAPHIE


1349 - The Infernal Pathway
(2019) - black metal - Label : Season Of Mist



À quel moment 1349 nous a-t-il perdus ? Ce groupe qui nous avait enchantés en sortant coup sur coup Liberation, Beyond the Apocalypse et Hellfire, chaque album distillant un son différent accroché à des compositions diaboliques. Puis, la pomme de discorde Revelations of the Black Flame est arrivée, rapidement mais partiellement compensée par Demonoir. C’est Massive Cauldron of Chaos qui entérina sans doute la bascule définitive dans le terne, et en corollaire, l’éloignement. The Infernal Pathway veut bien évidemment se rappeler à notre bon souvenir et réveiller la flamme quasi éteinte. Cinq ans après, est-il temps ?

On sent immédiatement que les Norvégiens veulent jouer la fibre nostalgique. Riff et son légèrement creux des années 80, rythme posé presque mélancolique. Ça pue le Bathory. Bien sûr, 1349 n’est pas idiot et sait pertinemment que nous sommes en 2019 et va le prouver tout au long de l’album avec une prestation carrée, des envolées rapides de bon aloi et un feeling global plus porté sur les années 90 que cette impression initiale ne le laisse présager. Pourtant, il ne faut s’y méprendre, si nos blonds gaillards font appel à notre fibre passéiste, c’est qu’au-delà de toutes leurs qualités, et Satan sait s’ils en ont, ce nouvel album a toujours le cul entre deux chaises. Bon, il l’est assurément. Les riffs sont nombreux, suffisamment inspirés pour ne pas accabler d’ennui et les musiciens sont évidemment des monstres de professionnalisme. Pas un pet de travers. C’est peut-être de là que vient l’erreur. Cet album respire le bien fait, bien composé, bien tout. Mais il néglige ce qui dans ces cas-là est le plus important : le génie et l’envie.

Difficile de se défaire de l’idée qu’Archaon et ses fidèles acolytes (le dernier changement de personnel date d’il y a dix-neuf ans !) sont dans leur registre et ne cherchent absolument pas à s’en échapper (réchapper ?). C’est à ce moment où on pense à Revelations of the Black Flame. Certes l’album était bancal et globalement, il faut l’avouer, un peu chiant. Mais il était porteur de cette… flamme. L’étincelle de vie qui pique nos cœurs. Il dégueulait des tripes et tentait. The Infernal Pathway se contente de bien faire les choses. Les retours des intermèdes "Tunnel of Set" en est un exemple flagrant. On pourrait saluer la continuité du groupe, leur reprise sonne plutôt comme un aveu d’impuissance dans ce contexte. Il y a bien les trente premières (et dernières) secondes de "Dødskamp" qui laissent espérer du renouvellement, mais le soufflet retombe bien vite. Et une grande partie de étonnamment entraînante "Stand Tall in Fire" qui apporte une conclusion surprenante et fait se dire « Mais pourquoi avez-vous attendu tout ce putain de temps pour vous lâcher ??? ».


Alors ne vous méprenez pas, The Infernal Pathway est recommandable et il sera aimé. C’est du black metal parfaitement exécuté, inspiré. Le hic majeur, et il l’est, c’est l’absence de transcendance, de dépassement de fonction comme dirait Bixente Lizarazu. 1349 se « contente » d’un bon album, on attend bien plus d’eux eu égard à leurs états. Égards qu'ils obtiennent malgré tout grâce à cette dernière piste très étonnante qui à elle seule apporte le 14e point.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3