18206

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 22 octobre 2019
Sa note : 16/20

LINE UP

-Phlegeton
(chant)

-Migueloud
(guitare)

-J.Oliver
(guitare)

-Guillemoth
(basse)

-V-Kazar
(batterie)

TRACKLIST

1) Remote Void
2) Cryptoubiquity
3) Bionic Relic
4) E-Xystem://CE 

DISCOGRAPHIE

Krighsu (2016)
Metaportal (2019)

Wormed - Metaportal
(2019) - brutal death - Label : Season Of Mist



Wormed est un groupe qui a su se faire une place de choix au sein de la scène brutal death. Depuis plus de vingt ans, les Espagnols ont réussi à imposer leur musique aussi puissante que technique et leur dernier album en date, Krighsu a montré les grandes qualités qu’ils possédaient. Au point d’en faire l’un des disques de chevet des amateurs en 2016.

Depuis trois ans, la formation a connu des changements, à commencer par le décès de leur batteur l’an dernier. Remplacé par V-Kazar, un jeunot de vingt-cinq ans, il restera dans les mémoires des fans. Son successeur s’en sort cependant avec brio, faisant montre d’une excellente technique, à l’aise avec les blasts et les changements de tempi. Ce malheur passera donc inaperçu pour qui ne connait pas le groupe. Pour les compositions, Metaportal se place dans la droite lignée de Krighsu. A savoir un death d’une brutalité assumée, avec moult passages techniques, habilement intégrés, loin d’une quelconque velléité démonstrative. Les musiciens sont tous experts, mais ne cherchent pas à éclabousser l’auditeur de leur talent. Ils offrent ainsi des morceaux cohérents d’une virulence maîtrisée.
N’oublions cependant pas ce qui différencie Wormed des autres formations du genre. Outre le concept assez original ancré dans la science-fiction, le quatuor tisse des ambiances froides et étouffantes à l’aide de guitares dissonantes, comme sur "Cryptoubiquity", ou de quelques légers claviers, pour immerger l’auditeur dans leur monde si particulier. L’on pense parfois au travail de Canadiens de Gorguts pour cette capacité à élaborer des atmosphères prenantes. Pour le reste, le brutal death de Wormed est des plus travaillés. En quatre titres et seize minutes, ils parviennent à offrir ce que l’on attendait d’eux. Et naturellement, de frustrer les nombreuses personnes qui souhaiteraient en entendre davantage.


Vous l’aurez saisi, peu de changements sous le soleil d’Espagne. Les membres de Wormed prouvent à ceux qui en douterait encore qu’ils sont au-dessus de la masse en termes de brutal death, et soutiennent aisément la comparaison avec les cadors du genre. Gageons que leur prochain album continuera à les emmener un peu plus vers les étoiles. Dans un espace glacial et inquiétant bien évidement.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7