18202

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 15 octobre 2019
Sa note : 15/20

LINE UP

-Manda Ophius
(chant)

-Hendrik Jan (HJ) De Jong
(guitare)

-Sonny Onderwater
(basse)

-Steven Bouma
(batterie)

TRACKLIST

1) Intro
2) In Control
3) No More
4) Lost Insisde
5) Home
6) 2012
7) Never
8) Frozen Crystals
9) Bass Solo
10) The Way I Feel
11) Believe
12) Lucifer

13) Drum Solo
14) Broken
15) Angel in the Dark
16) Like the Air
17) No Good (Start the Dance)

DISCOGRAPHIE

Mana (2004)
In Control (2007)
Pure: Live @ P3 (2009)
The Quiet Resistance (2011)
The Quiet Resistance (2011)
Uprise (2016)
White Flag (2019)

Nemesea - Pure: Live @ P3
(2009) - rock electro - Label : Autoproduction



Deux ans après la sortie d’In Control en autoproduction, Nemesea profite d’un concert au P3 de Purmerend (banlieue d’Amsterdam) pour enregistrer son concert et offrir à ses fans son unique CD-Live à ce jour : Pure: Live @P3.

Les bataves offrent une heure de show essentiellement basé sur l’album In Control puisque neuf de ses dix titres sont joués. Si j’ai été assez critique avec le second opus des néerlandais, reprochant notamment un côté trop facile et pas assez rock, la retranscription live des morceaux le composant s’avère plutôt bien réussie. Ceci dit, je reste toujours sceptique sur quelques propositions comme "Home" et "Like the Air", qui définitivement ne me touchent pas. Cependant, "No More" et "In Control", trop simples en version studio, prennent clairement leur mesure sur scène. Ainsi Pure: Live @P3 débute de manière extrêmement énergique grâce à ces deux propositions, la batterie de Steven est bien en avant, et le côté rock est bien moins noyé sous les nappes d’électro. "Lost Inside", déjà ravageuse initialement, se révèle encore bien puis puissante en situation réelle. Elle profite notamment de quelques réarrangement rocks bien sentis, ce qui sera le cas de la plupart des autres pistes ("Never", "Broken","Believe"), mais surtout les deux uniques morceaux de Mana : "Lucifer" et "Angel in the Dark".
La part gothique/symphonique a disparu pour laisser place nette à des propositions bien plus rock (là encore, on ressent le gros travail de Steven), les nappes de claviers initiales sont devenues des touches d’électro. Ainsi, le rendu est particulièrement réussi, que ce soit le côté explosif de "Lucifer", ou l'approche technique sur "Angel in the Dark" (les parties rythmiques totalement revues, notamment). Quelques traditionnels interludes ("2012", "Forzen Crystals", Bass et Drum solo) agrémentent ce live, qui trouvera son apogée avec la toujours aussi belle "Believe". Bien que pour ma part je ne lui trouve aucun défaut sur In Control, certains pourraient lui reprocher d'être un peu trop lisse. Sur Pure: Live @P3, si le solo final est toujours présent, la rythmique sur les couplets lui octroie un côté plus rock et un peu moins niais. Quant à Manda, que ce soit sur ce titre ou sur l’ensemble du concert, elle sera à son aise : performante, énergique et n’hésitant pas à haranguer la foule notamment sur le final, une reprise de Fatboy Slim, "No Good (Star the Dance)" complètement délirante, électro à souhait. Le rendu sur scène devait être bluffant.

Avec Pure Live, Nemesea offre une heure de show bien produit, avec un son d’excellente qualité et de très nombreux (et réussis) ré-arrangements. Un beau cadeau fait aux fans, puisque, comme In Control, il est sorti en autoprod.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5