18195

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 04 octobre 2019
Sa note : 14/20

LINE UP

-Manda Ophius
(chant)

-Hendrick Jan (HJ) De Jong
(chœurs+guitare+claviers+programmation)

-Sonny Onderwater
(basse)

Ont également participé à l'enregistrement:

-Jasper Dijkstra
(chœurs sur 4 et 7)

-Jan Henk de Groot
(chœurs sur 4 et 7)

-Ruben Wijga
(claviers sur 4 et 7+programmation)

-Steven Bouma
(batterie)

TRACKLIST

1) Hear Me
2) Twilight
3) Forever
4) Let It Burn
5) Time To Make It
6) Can't Believe It
7) Light Up the Sky

8) Get Out
9) Bones
10) Hold On

DISCOGRAPHIE

Mana (2004)
In Control (2007)
Pure: Live @ P3 (2009)
The Quiet Resistance (2011)
The Quiet Resistance (2011)
Uprise (2016)
White Flag (2019)

Nemesea - Uprise



Cinq longues années, c’est le temps qu’il aura fallu à Nemesea pour offrir un successeur à The Quiet Resistance, intitulé Uprise. Les Bataves ont eu le temps de composer ce nouvel effort et surtout affûter leur style, passant de la légère bouillie qu’était leur troisième effort pour un son légèrement plus brut et plus direct.

Effectivement, finis les ersatz de metal symphonique, Nemesea se veut plus rock et ça commence plutôt fort avec le direct et jouissif "Hear Me". Les guitares sont aiguisées, la composition ne passe pas par quatre chemins et démontre l’évolution des Néerlandais. Le pont en est une parfaite illustration. Entre un petit solo qui fait plaisir et un passage taillé pour le live à base de « Hello hello hello hello, hello hey you, hello is it you?», "Hear Me" est fédératrice et taillée pour la scène, et il ne s'agit pas du seul exemple. Les propositions qui ressortent clairement d’Uprise sont de ce style-là. Ainsi comment ne pas citer les excellentes "Can’t Believe It" et "Light Up the Sky" ? La première nommée représente ce qu'est le nouveau Nemesea (et qui trouvera son apogée dans le successeur d’Uprise). À savoir un rock alternatif, énergique, simple mais avec le sens de la mélodie et diaboliquement efficace. La rythmique est bien plus mise en avant que sur The Quiet Resistance, les lignes vocales de Manda (qui se débrouille toujours aussi bien au chant) sont bien plus cohérentes avec les parties instrumentales et le final a tout pour être un hymne sur scène. La seconde est (enfin) une ballade réussie. Tous les ingrédients sont présents. Douceur dans la voix de Manda, conviction, mélodie légère et aérienne, des lyrics parlantes et attachantes et un final, là encore taillé pour fonctionner sur scène avec la présence de chœurs (« Light it up, light it up, light it up the sky » ).
Rien n’est foncièrement mauvais sur Uprise. Mais on sent encore un léger entre-deux. La première ballade, "Let It Burn" est mignonne mais n’a pas la poigne de celle décrite ci-dessus. On retrouve également des éléments négatifs du précédent effort comme sur le single "Twilight" (seul titre véritablement en dessous) pris entre le metal sympho et rock et qui ne décolle jamais. A contrario, le second titre présenté en amont de la sortie d’Uprise, "Forever" est bien plus convaincant et efficace tout comme "Get Out" sorte de version améliorée d’"It’s Over." Bien dynamique, il lui manque ce petit supplément rock et Manda n’y est pas tout à fait à son aise. La bande à HJ n’oublie pas non le côté électro qui le suit depuis 2007. Et s’il est moins utilisé que par le passé, il arrive en trombe sur l’énergique "Time To Make It" (qui aurait pu figurer sur In Control) ou sur le très bon pont de "Bones". Le trio offre comme cadeau en clôture la sublime mid-tempo "Hold On" aux paroles fortement touchantes et qui conclut à merveille ce quatrième effort offrant bien plus de cohérence, d’énergie et de conviction que ses deux prédécesseurs.

Le soulèvement de Nemesea fonctionne. Uprise est une véritable bouffée d’oxygène après la semi déception qu’était The Quiet Resistance. Bien plus consistant, plus rock et moins commun. Encore quelques mini défauts à gommer et le groupe en sortira grandi, bien que la promotion de cette quatrième offrande souffrira du départ de Manda. Cela n’empêchera pas Nemesea de continuer à progresser, bien au contraire (oui ça tease toujours).


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1