18193

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 01 octobre 2019
Sa note : 17/20

LINE UP

-Riley McShane
(chant)

-Greg Burgess
(guitare)

-Michael Stancel
(guitare)

-Brandon Michael
(basse)

-Brandon Park
(batterie)

TRACKLIST

1) Parthenogenesis
2) Interphase // Meiosis
3) Extremophiles (B)
4)
The Secular Age
5) Exothermic Chemical Combustion
6) Extremophiles (A)
7) Metaphobia
8) Tsunami And Submergence
9) Colors Of The Currents
10) Stellar Tidal Disruption
11) Apoptosis

DISCOGRAPHIE


Allegaeon - Apoptosis



Allegaeon, c’est du death mélodique… Allegaeon, c’est aussi très technique… Peut-être un peu trop pour certains ? Néanmoins, c’est un immense plaisir de les voir revenir avec une nouvelle mouture trois ans après leur excellent Proponent For Sentience qui en a conquis plus d’un et moi en particulier ! Assez impatiente depuis l’annonce de la sortie prochaine d’un nouvel album, toujours chez Metal Blade Records, qui se nomme sobrement Apoptosis, je me demandais tout de même si cet opus allait être de la même veine que leur dernier ou si celui-ci allait me décevoir…

Hé bien, pas du tout ! Exit le côté épique, vous en prenez plein la gueule dès l’intro avec"Parthenogenesis" ! Riffs et solos à gogo, moments un peu plus calmes, basse au tapping,… A ce propos, c’est maintenant Brandon Michael (ex-Alighieri, groupe de deathcore en pause depuis 2015) qui officie à la cinq cordes. Et la suite de l’album n’est pas en reste, les américains n’ayant pas lésiné sur les mélodies entêtantes. "Interphase //Meiosis" est cependant oubliable et tire peut-être un peu trop en longueur, la moitié du morceau n’étant quasiment que des solos. Les deux phases de  "Extremophiles" sont par contre de véritables claques de puissance et de refrains bien barrés, le chant clair de Riley McShane sur une partie de la phase B est juste le bienvenu pour casser un peu toute la technicité du titre. "The Secular Age" et "Exothermic Chemical Combustion" (quel titre !) ne manquent pas non plus de magnifiques mélodies et riffs grisants.
La deuxième partie de l’album n’est point en reste grâce à "Metaphobia" et sa batterie totalement mise en avant et ses rythmiques assez groovy par moments, "Tsunami and Submergence" fait figure d’ovni sur l’album tant ce morceau est doux, mélodieux, aérien avec la moitié du titre en chant clair. On déplore par contre la présence de "Colors of The Current" qui s’avère être un morceau acoustique à la guitare folk et qui, même si c’est un duo entre le lead guitarist du groupe Greg Burgess et Christina Sandsengen, l’une des meilleures guitaristes classique d’Europe, n’apporte pas grand-chose à l’album. Le refrain de "Stellar Tidal Disruption" est catchy à souhait, le growl toujours aussi bien maîtrisé, la batterie tout en puissance et les guitares tranchantes. La pièce maîtresse de l’album est le titre éponyme… Et quelle pièce ! "Apoptosis"est juste la magnificence incarnée ! L’Apoptose est une autodestruction de cellules en réponse à un signal… Et c’est vraiment ça ! Ce morceau détruit tout sur son passage tellement c’est un monstre de puissance, de technicité, de lignes de chants et de guitares impeccables et on peut même dire… qu’il est juste le titre épique qu’on attendait !


Enfin, je dirai que Apoptosis est un album qui, au début peut paraître très difficile d’accès, brouillon pour certains, mais qui, au fil des écoutes, nous montre toutes ses facettes de complexité, tout son univers et nous surprend à chaque session… Pour moi, il est de la trempe de Proponent For Sentience et est parti pour être un de mes albums 2019 préférés ! Pari réussi pour les Américains !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7