18175

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 03 septembre 2019
Sa note : 19/20

LINE UP

-Alzbeth
(chant)

-Albin Julius
(programmation)

TRACKLIST

1) I
2) II
3) III
4) IV
5) V
6) VI
7) VII
8)
VIII
9) IX
10) X
11) XI
12) XII
13) XIII
14) XIV
15) XV
16) XVI
17) XVII

DISCOGRAPHIE


The Moon Lay Hidden Beneath A Cloud - Rest On Your Arms Reversed (Compil)



Et Albin Julius pensera « Mais putain, arrêtez de me bassiner avec un truc qui s’est terminé il y a plus de vingt ans ! De l’eau a coulé sous les ponts ! J’ai changé de moitié. J’ai changé de style, j’ai changé de tout ! Ne me parlez plus de The Moon Lay Hidden Beneath A Cloud ! » Hélas. Le sort lancé était bien trop puissant pour que la dissolution physique du duo puisse l’affecter.

Depuis l’automne 1994 je parcours les rues de Paris plongées dans le brouillard, les coups de fouet du troisième titre de The Moon Lay Hidden Beneath A Cloud n’ont jamais cessé de résonner en moi depuis. Toute l’œuvre de Lune Cachée pue la magie, la mort, l’essence amère qui constitue l’existence. On pourrait penser que Rest On Your Arms Reversed n’est pas aussi prenant. Eh quoi ! C’est une compil de raretés. EP, titres bonus, trucs introuvables d’un groupe insaisissable. Pourquoi désigner ce patchwork de machins publiés au fil de la (courte) vie de l'astre nocturne autrichien comme « testament sonore » ? Juste pour faire pendant au testament livresque, The Book of Lyrics d'Alzbeth, publié peu après ? Non. Sans faire injure au Book of Lyrics, ce recueil ne reste qu’anecdotique en comparaison du véritable domaine de compétence d’Albin Julius et son amie d’alors: le son. La vibration mauvaise. Celle qui provoque hauts le cœur, maux de tête, hallucinations et addiction éternelle. Non. Rest On Your Arms Reversed est un testament parce qu’il réussit le tour de force d’être habité par un seul esprit. Provoquons un peu : il s'agit de l'œuvre la plus cohérente du groupe.
Il est très dur de se rendre compte qu’il s’agit d’une compilation tant les dix-sept morceaux servent une même cause. Laquelle ? Je ne saurais la nommer. Un feu noir et froid, contenu dans les vocaux amers de la maîtresse de cérémonie, présente sur l’immense majorité des titres. Un feu noir, qui n’a rien à envier au "Black Magic" de Slayer, par exemple. Écoutez le seizième titre, et les aboiements d'une version féminine de Tom Araya. Elle nous fait tourner la tête. Éplorée sur le deuxième morceau, sobre et résignée sur le suivant, effrayante sur le septième ou le neuvième, joueuse sur le onzième, elle est l’incarnation parfaite du feu sorti des entrailles d’Albin Julius. Et lorsqu’elle invoque le diable en treizième piste… La compilation fait ressortir le talent de compositeur de Maître A.J. et la manière si peu ostentatoire qu’il a de congeler ou tendre une atmosphère, de la rendre insoutenable ou désespérante. Un moment de pur magie gothique, industrielle et salement folk.


Rest On Your Arms Reversed ne clôt rien du tout. Il annonce. Vingt ans après la séparation, les vibrations créées par The Moon Lay Hidden Beneath A Cloud ne font que commencer à se répandre. Lentement. Nous ne nous en débarrasserons jamais.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1