18163

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 31 juillet 2019
Sa note : 16/20

LINE UP

-Milena Eva
(chant)

-Thomas Sciarone
(guitare)

-KamielTop
(guitare)

-Jaka Bolič
(guitare)

-Leyla Overdulve
(basse)

-Igor Wouters
(batterie)

TRACKLIST

1) He Is Not
2)
Things I Wish I Never Knew
3) Why Aren't You Laughing?
4) Please Tell Me You're Not The Future
5) Taken By Storm
6) Wide-Eyed
7) Lack of Skill
8) Truly, Truly Disappointed
9) Killing At Least 15
10) Mounting Into Bitterness
11)
Until Death Do Us Part

DISCOGRAPHIE


GOLD - Why Aren't You Laughing?
(2019) - post rock indie - Label : Artoffact Records



Tel un capitaine abandonné, j’ai dû quitter ma ville de lumière. J’aurais aimé me rapprocher un peu plus près des étoiles, crier « Laissez-nous chanter ! » Impossible. Le diamant dort. Cap sur Calicoba. En chemin, je me pose la question « Pour toi la musique, c’est important ? » Oui. Et Gold aussi. Ces quelques lignes sont un hommage aux Toulousains qui ont repris du service depuis 2010. Il est étonnant de voir à quel point l’âge n’a pas de prise sur le frontman, Emile. Splendide. Et très féminin. Avec Why Aren’t You Laughing?… attendez, on m’appelle… Donnez moi une minute…
 
Bon. C’était le directeur. « Winter, on a reçu une plainte. Ta comparaison avec Gold les Toulousains du Top 50 n’a pas fait rire les membres de GOLD. En fait, elle n’a fait rire personne. Alors maintenant, tu te limites à chro-ni-quer tes putains d’albums ! » Les gens n’ont aucun sens de l’humour…
Donc, GOLD est hollandais et n’a rien à voir avec l’horreur rampante venue de la ville rose. Pour vous situer, c’est le typique groupe de musique indie des 80s remis un peu au goût du jour. Groupe qui, alors, aurait été adoré par des gens crachant sur notre musique préférée. « Nan mais ton metal, c’est de la merde ! Regarde moi ces pochettes ! Ces extravagances ! C’est même pas politique, ta musique ! T’as pas de conscience politique ! » C’est un peu comme ça que je les aurais vus, les fans de GOLD si nous étions encore dans les 80s. Simplement, nous sommes presque dans les 20s. En 40 ans, le monde musical a évolué et des ponts ont été dressés entre le monde indé et le monde chevelu, plus si chevelu que ça, d’ailleurs. Du coup, personne ne hausse le sourcil quand des blast beats se font entendre "Please Tell Me You Are Not the Future" ou "Taken by Storm". Certains des attributs metalliques sont entrés dans les mœurs. Ceci dit, l’utilisation de blasts n’est pas le point fort de Why Aren’t You Laughing? C’est personnel, mais quand la frénésie de la batterie n’est pas accompagnée d’une déferlante de guitares et de basse, comme c’est le cas sur "Please Tell Me…", je n’arrive pas à accrocher.
Du coup, les points forts du quatrième effort des Bataves sont à chercher autre part. Du côté de la finesses des mélodies, d’un côté authentiquement indie, authentiquement mélancolique et d’un début tout à fait électrisant. "He Is Not", "Things I Wish I Never Knew" et "Why Aren’t You Laughing?" constituent une entrée en manière goûtue, fluide, tout en refrains catchy. L’incursion black metal atmo tentée sur "Taken by Storm" est également une réussite. Elle se fond très bien dans l’univers gris dépeint par les artistes. Cependant, elle reste relativement anecdotique en comparaison avec la finesse des trois titres initiaux, "Lack of Skill", très Garbage, ou "Mounting into Bitterness", font également partie des atouts de l'album. Les défauts de ce dernier ? Ils sont liés à ses qualités. Installer une ambiance dépressive, parfaitement transmise par Milena, d’une sobriété remarquable, peut engendrer une certaine mollesse. Les effets de l’atmosphère lénifiante se font sentir à partir de "Please Tell Me…", l’un des maillons faibles de l’album, avec le soporifique "Truly, Truly Dissapointed" et les efforts du groupe pour dynamiser l’ensemble sur les titres les plus agressifs se voient quelque peu contrecarrés par la brume émolliente qu’eux-mêmes ont créée. Il n’empêche que l’œuvre possède son lot d’excellent titres et que GOLD sait marquer ses compositions d’une patte personnelle, dans un univers où l'on a vite fait de singer les vieilles références. A signaler également le "Till Death Do Us Part" final où la voix de Milena, mise plus en avant, rappelle Agnes Obel. Une belle conclusion, donc.
 
Dark rock ? Grey rock, à la rigueur. Il est amusant comme les étiquettes évoluent, et se ramifient, elles aussi, d’une génération à l’autre. GOLD donne dans le rock indie, point. Qu’une chanson prenne une coloration black atmo ne change rien à l'affaire. De toute façon, l’enjeu est autre part : Why Aren’t You Laughing? est un album réussi, riche en belles mélodies. C’est ce qui compte.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2