18159

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 14 juillet 2019
Sa note : 12/20

LINE UP

-Frank Calleja
(chant)

-Omar Grech
(guitare)

-Simone Brigo
(guitare)

-David Cachia  
(basse)

-Davide "BrutalDave" Billia
(batterie)

TRACKLIST

1) The Charlatan's Enunciation  
2) Evil Be to Him Who Evil Seeks
3) A Greater Terror    
4) Unholy Man
5) Embrace Your Messiah
6) The Papist Devil
7) Gallows Walk
8) Only Death Can Save You
9) From the Fire Where It All Began

DISCOGRAPHIE


Beheaded - Only Death Can Save You
(2019) - brutal death - Label : Agonia Records



Les Maltais sont plutôt en forme en matière de death metal en ce moment. Il y a quelques mois Abysmal Torment présentait son dernier méfait. Place désormais à une autre pointure de l’île méditerranéenne qui offre à son public un nouveau disque. Beheaded était donc attendu au tournant après des albums qui avaient su conquérir le cœur des amateurs du genre.

Pour les non-initiés, quelques menus rappels semblent bienvenus. Beheaded est l’un des plus anciens groupes de death maltais, œuvrant depuis 1991. Et Only Death Can Save You est leur sixième sortie longue durée. Les plus fins connaisseurs risquent d’être surpris. Certes, cela fait des années que la formation a proposé des évolutions dans son death brutal. Mais tout de même. L’aspect cru des débuts avait déjà disparu à l’écoute du précédent LP, Beast Incarnate. La musique proposée se voulait néanmoins plus inspirée par Morbid Angel et par des grands pontes du death polonais, s’éloignant de leurs primes amours transatlantiques. Ce nouveau cap musical avait de quoi séduire. Eh bien, les Maltais ont décidé une fois encore de modifier leur son. Oh, n’ayez crainte, ils ne se sont pas mis au disco. Mais cette sixième livraison s’éloigne assez fortement de Beast Incarnate. La production est plus massive et s’adapte assez bien aux riffs de guitares, sans toutefois permettre une explosivité que l’on était en droit d’attendre.
Beheaded a donc décidé de muter et ses compositions se veulent plus clairement modernes. Ça joue vite et fort, et si je devais me permettre une comparaison, j’oserais dire que l’ensemble lorgne désormais vers un groupe comme Misery Index. La puissance recherchée, les riffs entêtants, les changements de tempo, tout semble s’en approcher. Sans parvenir totalement au même résultat. De bonnes choses, on en trouve dans cet enregistrement. Des titres comme "Evil Be to Him Who Evil Seeks" ou "Unholy Man" ont de quoi rassasier les envies de bagarre de certains. Malheureusement, les trente-huit minutes proposées se révèlent le plus souvent convenues. Le mid tempo "Embrace your Messiah" n’évite pas l’écueil de l’ennui. Et les autres morceaux sont bien trop génériques pour éveiller un réel intérêt. Alors oui, Beheaded sait y faire en matière de death. Mais pas mieux que les grands noms du style. Et à la fin de cette galette, il ne reste pas grand-chose de véritablement excitant en tête.


Beheaded propose encore un revirement musical. Son death brutal se voulant désormais plus moderne, le groupe risque de déboussoler les fans des dernières sorties. Les Maltais savent jouer et proposent des morceaux sérieux mais trop classiques. Rien qui ne fera tomber les têtes en tout cas.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2