18121

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 17 avril 2019
Sa note : 14/20

LINE UP

-Doedsadmiral 
(chant)

-Destructhor
(guitare)

-DezeptiCunt
(basse)

-Dominator
(batterie)

TRACKLIST

1) Sunset Glow
2) Devilry
3) The Idea Of One-Ness
4) Black Lights From The Void
5) Amen Whores
6) The Fevered Lands
7) Nazarene Necrophilia
8) Apokalupsis Eschation
9) Panzerengel

DISCOGRAPHIE

Necrogenesis (2019)

Nordjevel - Necrogenesis
(2019) - black metal - Label : Osmose



En 2016 Nordjevel présentait au monde son premier méfait, sobrement intitulé Nordjevel. Les Norvégiens avaient alors offert un black metal de bonne facture, puissant et mélodique à la fois, qui puisait une grande partie de son inspiration chez ses voisins de Dark Funeral. Trois ans ont passé. Et voilà que le groupe se rappelle à notre bon souvenir.

Mais en trois années, beaucoup de choses ont évolué. Alors, rassurons tout de suite les plus anxieux, Nordjevel fait toujours du black metal et ne s’est pas transformé fondamentalement. Pourtant des changements sont à noter. À commencer par un personnel remanié. L’un des fondateurs, Nord qui tenait la basse et la guitare est parti, remplacé par DezeptiCunt et Destructhor. La tête pensante de Myrkskog, passée également par Zyklon et Morbid Angel, vient ici apporter sa touche toute personnelle. À savoir un sens du riff tranchant à souhait. Les premières secondes de "Sunset Glow" laissent en effet éclater son talent. Nordjevel a changé de sonorités et l’arrivée de ce nouveau guitariste semble en être la raison principale. Et derrière les fûts, Fredrik Widigs a abandonné son siège pour mieux se consacrer aux activités de Marduk et Rage Nucléaire. La place encore chaude est désormais occupée par un autre Suédois, Dominator, au C.V impressionnant, ayant œuvré notamment pour Dark Funeral. Seul Doedsadmiral demeure à la proue de son navire et mène la barre contre vents et marées.

Il ne faudra pas longtemps pour percevoir l'évolution du discours musical. Les mélodies, très présentes sur le premier LP, se font ici plus discrètes. Les compositions se veulent plus crues, plus violentes. Au risque de voir les fans de la première heure regretter cette mutation. Quant aux autres, ils ne pourront qu’apprécier cette virulence qui rappelle par certains aspects la scène black brutale suédoise. "Amen Whores" montre la capacité du quatuor à asséner une musique puissante et implacable, avec ses chœurs sombres en guise de refrain. Destructhor pose des parties qui évoquent son travail dans des formations plus typées death. Soutenues par des blasts vigoureux, elles durcissent indéniablement l’ensemble. Nordjevel montre également son aptitude à élaborer des titres plus lourds, comme "The Idea Of One-Ness", "Nazarene Necrophilia" ou "Black Lights From The Void". Plus convenues, ces pièces ne convainquent pas totalement. Mais la troupe terminera son travail par un enchaînement "Apokalupsis Eschation" - "Panzerengel" plus réussi. Le dernier morceau à le mérite d’apporter un aspect plus mélodique avec passage symphonique à la clé ce qui n’était pas du tout attendu, eu égard au reste de la recette concoctée par le quatuor.


Necrogenesis est un bon album de black metal. Offrant un caractère plus violent - merci Destructhor - que son prédécesseur, il n’aura aucun mal à combler les amateurs du style. Rien de nouveau, juste une explosion qui fait son petit effet. Loin d’être parfait cependant, il s’écoute avec un plaisir certain. À ranger aux côtés d’autres brutes, suédoises, notamment.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6