18069

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 23 janvier 2019
Sa note : 14/20

LINE UP

-Ines Lukkanen
(chant)

-Tero Kalliomäki
(guitare acoustique+jouhikko)

-Teppo Kirkkonen
(basse+kurkkulaulut+luth+ noitarumpu)

-Aapo Romu
(violoncelle)

-Moilu Moilanen
(percussions)

-Aslak Tolonen
(kantele)

Ont également participé à l'enregistrement:

-Lotta Ahlbeck
(violon)

-Olli Sinisalo
(violon)

TRACKLIST

1) Aamunkoitto
2) Sen Siliän Tien
3) Kaskea Aurinko
4) Hukkuneet Haureet
5) Sarastukseen
6) Kyy
7) Tuonen Häät
8) Taivaanasta
9) Tähdenpeitto

DISCOGRAPHIE

Walakiat (2019)

Uinuos - Walakiat
(2019) - folk Dark Folk Music Project! - Label : Equilibrium Music



A la suite de ma chronique du premier effort de Kallomäki, le violoncelliste, Aapo me contacte via les réseaux sociaux pour me proposer de faire une review du nouvel album d’Uinuos (Walakiat), formation venue de Finlande et se présentant comme un groupe de « dark folk music ». Après une bonne dizaine d’écoutes, je vais tâcher de vous convaincre de vous plonger dans cette œuvre pleine de mystère, bien que non metal.

Comme me l’a expliqué Aapo, Uinuos a une grande part d’importance dans la raison d’être de Kallomäki, on retrouve ainsi un line-up assez similaire, notamment avec la présence de Tero Kalliomäki. A l’écoute, les ressemblances sont frappantes. Si on met de côté les grunts et tout ce qui fait la base du metal, on ressent aisément le lien de parenté entre les deux formations. Que ce soit le côté folk, les ambiances mystérieuses ou encore la langue utilisée. Comme son petit frère, Uinuos propose neuf œuvres en finnois. Cependant, le sextet a eu la bonne idée de traduire les thèmes abordés sur leur page facebook afin de permettre à l'auditeur de mieux les comprendre. Par exemple, "Kyy", mon titre préféré de Walakiat signifie « la vipère » et traite des défauts les plus sombres de la nature humaine. Plus globalement les thèmes abordés sont sombres et folkloriques. Folkloriques comme les instruments présents sur Walakiat dont le jouhikko, le noitarumpu, le luth, etc.  Le premier cité est omniprésent dès la première piste proposée. Effectivement, "Aamunkoitto" (« l’aube ») est une instrumentale où le jouhikko prend tout son sens, accompagné du violoncelle. Le titre est à la fois mystique et puissant. Une vraie réussite, tout comme la chanson de clôture, "Tähdenpeitto" (« couverture d’étoiles ») également instrumentale (et portée par un kantele, instrument traditionnel à cordes pincées). Plus calme que l’ouverture, cette outro n’en pas moins somptueuse.
Au milieu de cela on retrouve Inès Lukkanen et sa douce voix comme sur la légère "Sen Siliän Tien" ou la très calme "Sarastukseen". Et cela va être le point faible de Walakiat à savoir les pistes plus légères et chantées. Ainsi, si l’excellente piste d’ouverture puis l’intéressante "Sen Siliän Tien" offrent une bonne mise en bouche, le trio "Kaskea Aurinko"- "Hukkuneet Haureet "et "Sarastukseen"  me parait trop calme, trop doux et moins original que le reste de l’œuvre. Cela dénote trop avec les instrumentales citées ci-dessus et les propositions plus rythmées mettant plus facilement en avant les éléments folkloriques et la noirceur de la proposition. La seconde moitié de Walakiat semble bien plus réussie grâce au travail de percussions sur la géniale "Kyy" suivie de "Tuoen Häät" qui monte doucement en puissance. Concernant la succulente "Kyy" justement, elle est à la fois emmenée par la voix d’Inès mais également par une voix masculine, les arrangements entre les différents instruments sont parfaitement pensés.  Assurément la  proposition la plus pêchue. Ainsi l’enchaînement des quatre dernières pistes constitue un sans-faute.


Pour son quatrième effort, Uinuos propose avec Walakiat une bien jolie œuvre de folk finnois : des instrumentales magnifiques, des titres puissants ("Kyy", "Taivaannasta") et hypnotisants. Il est un peu dommage que tous les morceaux ne soient pas du même niveau, notamment une première partie (hors introduction) bien en deçà de la qualité de la seconde. Cependant, je ne peux que vous inviter à vous plonger dans cette œuvre unique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4