18058

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 02 janvier 2019
Sa note : 15/20

LINE UP

-Gabriel Neale
(chant+guitare+basse+orchestration)

-Hannah Rawlings Neale
(chant+claviers)

Ont participé à l'enregistrement:

-Celso Alves
(chant)

-Kim Cook
(chant)

-David Cooney
(chant)

-Eugen Dodenhoeft
(chant+guitare)

-Lydia Smith
(violon)

-Tom Owen
(violon)

-Stacey Powers
(flûte)

-Andrea Dalton
(piano)

-Amy Coote
(cor)

-Jamie Dalton
(trombone)

-Spencer Lee
(batterie)

-Adam Walker
(batterie)

TRACKLIST

1) Uproot
2) Chariots of Elysium
3) March of the Risen Dead

4) Morality
5) Eagle's Wings
6) Through a Thousand Fall
7) Evanescent
8) Home
9) Winter's Dance (hidden track)

DISCOGRAPHIE


Ecthirion - Psalms of the Risen Dead
(2018) - metal symphonique power metal, classical metal - Label : Soundmass records



Il y a des albums, des ovnis, qui sont complexes à chroniquer et c’est à ce jour mon cas pour la réalisation des Anglais d’Ecthirion et leur sympho-power-classique-mélodique metal. Après plus d’une dizaine d’écoutes, je n’ai toujours pas d’avis définitif sur Psalms of the Rising Dead. Tentatives d’explications.

La bande d’Huddersfield (dont le club phare lutte pour sa survie en Premier League de football anglaise) a élaboré une œuvre relativement simple aux premiers abords. Morceaux courts (hormis "Evanescent", pièce centrale du LP et "Home"), assez directs mais quand on se plonge dans les neuf chapitres du premier album du duo (à la ville comme en studio), les subtilités apparaissent tout comme le mélange des genres. L’impression après une écoute intégrale est qu’on a affaire ici à l’enfant de Therion, tant les similitudes sont nombreuses avec les Suédois [ndlr: à commence par le nom du groupe]. L’excellente "Chariots of Elysium" ne ferait pas tâche sur Deggial par exemple, le titre mélangeant la musique classique et symphonique avec une atmosphère mystique et un refrain assez dévastateur. Les trois premières propositions relèvent ainsi du plus pur style therionesque. L’instrumentale (mais néanmoins géniale) "March of the Risen Dead" tend même vers le pompage tend la ressemblance est frappante. Ecthirion copie, plutôt bien même, et alors qu'on s’attend à un pâle rejeton d’un courant (metal symphonique) qui a déjà fait le tour de ce qu’il pouvait proposer, Gabriel et Hannah prennent l’auditeur de court.
C’est ainsi que "Morality", interlude très heavy rompt totalement avec les éléments symphoniques du premier tiers et débouche sur "On Eagle’s Wings" qui lui se rapproche de Rhapsody tout comme "Through a Thousand Fall". Nous sommes ici face à du speed/power metal. Et pam, nouveau changement de ton, avec la sublime "Evanescent", pièce magistrale de dix minutes, proche du metal classique/mélodique. Les passages aériens sont sublimes, la voix d’Hannah irréprochable et les petits passages plus énergiques soutiennent le tout parfaitement. "Home" poursuit dans la même voie - cette fois ci c'est Gabriel qui assure au chant - c’est tout aussi beau mais du coup moins marquant. "Winter’s Dance" conclut de manière instrumentale cet ovni. Ovni car Ecthirion délivre avec Psalms of the Rising Dead une œuvre beaucoup plus complexe qu’on ne le pense, sorte de fille illégitime de Therion et Rhapsody et qui envoie valser les codes.


Tout cela donne un album à la fois magnifique mais tout aussi bancal. Sa notation est donc quasi impossible, mais la présence du tubesque "Chariots of Elysium", de la sublime "Evanescent" et de la réussie (mais ultra therionesque) "March of the Rising Dead" fait que le premier essai longue durée de Ecthirion est concluant. J’attends ainsi (im)patiemment d’entendre la suite et la direction que va prendre le projet des Britanniques.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5