18030

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 13 novembre 2018
Sa note : 17/20

LINE UP

-Matthias Sayer
(chant)

-Alex Scholpp
(guitare)

-Ralf Botzinhart
(basse)

-Richard Düe
(claviers)

-Timm Schreiner
(batterie)

Ont également participé à l'enregistrement:

-Sandra Schütt
(chant)

-Max Lilja
(violoncelle)

-Tim Ströble
(violoncelle)


TRACKLIST

1) Cosmos
2) Faint Lines
3) Fiery Skies
4) You and Me
5) Isle of the Dead
6) Tears of Joy
7) Mountains
8) Stars
9) Oblivion
10) In the Last Days
11) Revolt
12) Born Again

DISCOGRAPHIE

Born Again (2018)

Farmer Boys - Born Again
(2018) - heavy metal - Label : Arising Empire



Quatorze ans que je l’attendais, et autant vous dire que je n’y croyais plus, mais ils l’ont fait. Farmer Boys, et son heavy metal, sont de retour en 2018. Que s’est-il passé entre temps ? Aucune idée, hormis qu’Alex, tête pensante du groupe, continuait sa petite carrière en compagnie de Tarja (il est présent dans le line-up depuis le début de la carrière de la finlandaise). Toujours est-il que les allemands sont, comme le dit sobrement le titre de l’album, Born Again.

Et cela fait bien plaisir. Après "Cosmos", une petite intro qui nous fait voyager dans l’espace, comme l’indique le visuel du LP (signé Heilemania) on entre directement avec la puissante "Faint Lines". Sans être un concept album, les thèmes de la renaissance, de l’univers sont fort présents, ainsi sur ce "Faint Lines", mais également tout au long de Born Again, comme le prouve les titres des douze pistes proposées. Et ouf, Farmer Boys n’a rien perdu de ce qui fait son identité. Gros riffs puissants, les guitares sont présentes, c’est étouffant et bluffant. Matthias, et sa voix reconnaissable entre mille, mi grave, mi tiraillée, n’a rien perdu de son talent qui fait en partie tout le charme du quintet. Pourtant ce n’était pas spécialement gagné.
Effectivement, Farmer Boys a signé trois singles avant la sortie officielle de son cinquième album. "You and Me" et "Revolt", les deux premiers, lorgnent beaucoup plus du côté pop rock fm que du heavy metal bien que finalement, "Revolt", pris dans l’ensemble de l’œuvre est juste un hit qui fera des ravages sur scène. Cependant, "You and Me" penche trop du côté de la facilité, tout comme "Tears of Joy", un peu plus heavy mais ressemblant trop à ce que faisait la bande de Stuttgart sur ses précédents LP’s, The Other Side et l’excellent The World is Ours. Si ce dernier est une réussite en tout point, The Other Side, dernière sortie en date avant Born Again, était un chouillat en dessous, notamment à cause de certaines pistes pas vraiment au niveau.
Cette année, tout est quasiment parfait. Pourtant Farmer Boys ne réinvente rien. "Fiery Skies" continue dans la lancée de "Faint Lines" avec ce son heavy imparable et des sonorités modernes (faites de touches électroniques) tout comme "Stars". Certains trouveront cela trop convenu, mais là où Farmer Boys va se détacher d’innombrables autres groupes de heavy moderne, c’est par son sens  des arrangements (on en revient à "Fiery Skies" mais également "Oblivion" et son petit solo tout en finesse, ainsi que le final aérien de "Born Again"). On ressent également le travail d’Axel avec Tarja. Le titre "In The Last Days" ne ferait pas tâche sur le dernier album (The Shadow Self) de l’ancienne vocaliste de Nightwish. Outre ce son heavy qui a fait le succès critique de cette dernière proposition, l’orchestration et l’apport du violoncelle créent une légère similitude qui n’est pas pour me déplaire.
Mais Axel n’est pas la seule tête pensante du combo. Matthias, le vocaliste, qui a co-écrit toutes les paroles de Born Again, n’a rien perdu de son niveau. Sa palette vocale est toujours aussi impressionnante comme nous l’avons vu ci-dessus et plus particulièrement sur les titres les plus calmes. Ainsi, sa performance sur la ballade "Isle of the Dead" et la mid-tempo "Born Again", chanson de clôture, n’a rien à envier aux stars du genre. Son interprétation est d’une justesse infinie, alternant les différentes facettes de sa voix en fonction du rythme des titres (lourde, puissante et grave sur "Faint Lines", "Fiery Skies","Tears of Joy", mélancolique sur "Isle of the Dead", et remplie d’espoir sur "Born Again"). Ainsi, je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur ce nouvel effort, car si on trouvera des points faibles comme la simplicité de certains morceaux, l’absence de prise de risques (bien qu’on puisse se demander s’il faut en prendre quand on est absent de la scène depuis quatorze ans ?) le simple fait d’entendre les compositions des allemands et la voix unique de Matthias, vous rendra heureux. En tout cas, votre serviteur, l’est.

« Red Skies above a silver lining, a new beginning in every end, all the years and days, those separate ways, gone in a blink of an eye, are leading right here. Born again, here where it all began, the world is in flames and then it’s all coming back again. Now we are born again, we’re changing the story’s end… »


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1