18026

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 02 novembre 2018
Sa note : 17/20

LINE UP

-Mike Hrubovcak
(chant)

-Mark English 
(guitare)

-Matthew "Matt" Barnes
(guitare)

-Michael Poggione 
(basse)

-Lee Harrison
(batterie+claviers)

A participé à l'enregistrement :

-Chris Ellison
(claviers)

TRACKLIST

1) Cosmic Pandemia
2) Kingdom of Fire
3) Radiated
4) Solar Vacuum
5) The Proselygeist
6) Maelstrom
7) Eyes upon the Abyss
8) Dark Matter Invocation 
9) The Hive
10) Eternal Void
11) Century 
12) Slaves to the Evermore

DISCOGRAPHIE


Monstrosity - The Passage Of Existence
(2018) - death metal - Label : Metal Blade Records



Annoncé cette année, le grand retour aux affaires de Monstrosity a suscité la curiosité et une fébrile attente de la part d'une fraction non-négligeable de fans de death metal. Avec une carrière finalement quelque peu atypique, les Floridiens entendent se rappeler au bon souvenir de tous avec ce sixième album.

Le groupe a longtemps été cantonné à la seconde division du style. La faute à un contexte particulier. Difficile en effet de rivaliser aux débuts des années 1990 avec leurs éminents concurrents et voisins œuvrant chez Death et Morbid Angel. Malgré des réalisations de qualité, la formation n’est jamais parvenue à se hisser au rang de légende. Pire, elle a pu être simplement perçu par certains comme l’ancien gang dans lequel George "Corpsegrinder" Fisher a fait ses premières armes avant de s’envoler pour l’univers gore de Cannibal Corpse. Mais les amateurs savent, eux, que les trois premiers LP ont de quoi rassasier leur appétit. Ce qui n’est pas le cas de Spiritual Apocalypse, l'enregistrement précédent trop peu inspiré. Il aura donc fallu onze années pour que son successeur voit enfin le jour. Autant l’annoncer tout de suite, cette longue attente n’a pas été vaine. Elle aura permis aux Nord-Américains d’intégrer un nouveau guitariste, en la personne de Matt Barnes et de peaufiner les douze compositions qui confectionnent The Passage of Existence.
Il faudra de la patience pour déceler toutes les richesses de ces titres. Au premier abord, on pourrait se laisser aller à penser que cet album n’est qu’un disque de death classique de plus, qui prendra rapidement la poussière, au milieu de tant d’autres. Mais, au fur et mesure des écoutes, l’on constatera avec plaisir la solidité de l’ensemble et c’est finalement avec délectation que ces pièces s’écouteront. La puissance des riffs se trouve perfectionnée par un aspect mélodique habilement amené. Les soli sont nombreux et marqués du sceau de l’excellence. Sur l’introductif "Cosmic Pandemia" ou sur "Proselygeist", ils magnifient des morceaux pourtant déjà délicieux. La paire English/Barnes fait des merveilles, soutenue comme il se doit par le vétéran et unique rescapé des origines, Lee Harrison, qui derrière ses fûts, fait preuve de l’étendue de son talent. Pas de technique outrancière ou de course aux blasts les plus furieux, simplement une exécution sans faille. Il est secondé par Michael Poggione dont la basse claque durant près d’une heure. Ajouter à cela la prestation vocale de Mike Hrubovcak, qui place régulièrement des parties entêtantes - une écoute du refrain de "Kingdom Of Fire" ou de "Dark Matter Invocation" vous en convaincra - et vous obtenez une livraison parmi les meilleures de cette année 2018, pourtant riche en sorties de qualité.


"The Passage Of Existence" est l’album que les fans de Monstrosity attendaient. Puissant, racé et mélodique, il témoigne du savoir-faire hors-normes de ses géniteurs. Gageons qu’il permettra enfin au quintet d’être reconnu à sa juste valeur. Les plus jeunes pourront pour leur part s’intéresser de plus près à une formation qui mérite une attention bien plus importante, eu égard à son talent.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6