17945

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 25 mai 2018
Sa note : 14/20

LINE UP

-Shagrath
(chant+claviers+basse)

-Silenoz
(guitare+basse)

-Galdar
(guitare+basse)

Guests

-Schola Cantorum Choir
(choeurs)

-Daray
(batterie)

TRACKLIST

1) The Unveiling
2) Interdimensional Summit
3) Ætheric
4) Council of Wolves and Snakes
5) The Empyrean Phoenix
6) Lightbringer
7) I Am Sovereign
8) Archaic Correspondence
9) Alpha Aeon Omega
10) Rite of Passage

DISCOGRAPHIE


Dimmu Borgir - Eonian
(2018) - metal symphonique black metal à chant... ah non, pardon - Label : Nuclear Blast



Enfin ! Cela faisait longtemps qu’on l’attendait, celui-là ! Plus d’un an après The Holographic Principle et une fois digéré le terrible accident de Simone, Epica nous revient avec leur tout nouvel album, Eonian. La question que tout le monde se pose, évidemment, c’est de savoir quelle ligne musicale nos amis bataves vont suivre et, surtout, si Simone sera présente malgré tout. A cette dernière interrogation, la réponse est oui ! Il est bon de savoir que des musiciens ayant acquis un certain statut savent se montrer solidaires, alors qu’il aurait été si facile d’engager une nouvelle chanteuse.
 
Petit rappel des faits. Janvier 2018. Pas encore bien réveillée, Simone, croyant se servir son bol de Cacolac habituel, ingurgite par erreur ving-cinq centilitres d’eau de javel enrichie au guano de mouette  noire. Hospitalisée d’urgence, elle se débat entre la vie et la mort pendant un mois, avant de s’en sortir. Néanmoins, sa physionomie a subi quelques modifications, et sa voix également. C’est que le liquide avalé a fait des ravages au niveau du larynx – et de l’intestin grêle, mais c’est une autre histoire… Combien de groupes auraient laissé tomber sa chanteuse étoile comme une vieille chaussette ? Hein ? Combien ? Epica, en revanche, a tenu à garder Simone et s’est adapté en conséquence. La voix de la chanteuse rappelle les cris d’une vieille sorcière sur son lit de mort ? Qu’à cela ne tienne ! Epica s’adapte et s’oriente vers le black metal symphonique ! Je vous rassure tout de suite, pas de révolution au programme. Les chœurs sont toujours de la partie, ils occupent même la place centrale de l’album. Tout, dans Eonian, est fait pour les mettre en valeur. Simplement, la formation introduit, de ci, de là, des éléments black metal, à commencer, donc, par le chant, que l’on rapprochera, sur certains passages, de celui de Shagrath, la voix de Dimmu Borgir.
Musicalement, la comparaison avec les icones scandinaves est pertinente et certains titres rappellent un peu les derniers efforts du groupe norvégien. Il plane sur l’œuvre un délicieux côté evil, même si, évidemment, le groupe, néophyte en la matière, n’y arrive pas toujours. "The Empyrean Phoenix", par exemple, fait plus penser à Scooby-Doo et le Train Fantôme qu’à Grá. De même, le côté Pocahontas de "Council of Wolves and Snakes" est plus rigolo qu’autre chose. Il n’empêche, que l’ensemble de l’album est d’une efficacité indéniable. Tous les refrains, chantés en chœur à chaque fois, font mouche, ce qui donne un caractère très plaisant au tout. Le hic ? C’est justement cette obsession pour les refrains et les chœurs, qui fait que le reste passe souvent au second plan. Le riffing est simpl(ist)e, quand il n’est carrément pas inexistant : cette basse qui tourne à vide sur "Interdimensional Summit", c’est du In Flames… Heureusement que le refrain est canon… Bref, le travail entre chaque chorus est souvent basique, mais en général, suffisant, et, ne gâche en rien la magnificence d’ "I Am Sovereign", dont le growl et la beauté du refrain rappellent les meilleurs moments d’Enslaved sur Ruun ou Isa, ou encore du symphoniquissime "Alpha Aeaon Omega", aux airs de Monolith Deathcult soft.  En conclusion, on peut dire que… ah excusez-moi, on m’appelle… une seconde…
Salut MFF ! Je peux te rappeler dans un moment ? Je suis en train de finir ma chro du dernier Epica… Quoi ? Ha t’es con ! Ha ha ha !... Comment ça t’es sérieux ? Dimmu Borgir… comme Dimmu Borgir les vrais ? Et ils vont par leur faire un procès pour plagiat du nom ? Quoi ? Nan mais arrête ! T’es avec S1pho et vous êtes bourrés, c’est ça ? Vous me faites marcher, bande de couillons ! Ha ha ha ! Allez, à plus !


Voilà, excusez-moi, c’est MFF, il déconne toujours celui-là ! Figurez-vous qu’il vient de me dire que je me suis trompé et qu’Eonian est un album de Dimmu. Et comme je suis naïf, j’ai failli tomber dans le panneau ! A chaque fois, c’est pareil ! Comme le jour où il m’a dit que le PSG s’était qualifié pour les quarts de la Ligue des Champions… Ah ce déconneur ! Chez les Eternels, on aime bien déconner ! Nos chros valent ce qu’elles valent, mais point de vue déconne, on est les meilleurs !




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1