17938

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 17 mai 2018
Sa note : 16/20

LINE UP

-Brecht Putteneers
(chant)

-Sandro Di Cairano 
(guitare)

-Jurgen Hondshoven 
(guitare)

-Tom Swinnen
(basse)

-Bart Vanderheyden 
(batterie)

TRACKLIST

1) Cyclonic Entity
2) Last Rites
3) Rising Darkness
4) Skullfucked
5) Savorless Sadistic Ritual 
6) Assault Inferior Domain
7) Regenerate to Annihilate
8) Storm of Rapture
9) The Arrival
10) The Ones Who Came Back
11) Sworn to Blasphemy

DISCOGRAPHIE


Storm Upon The Masses - The Ones Who Came Back
(2018) - brutal death - Label : Dolorem Records



La sortie d’un premier album est toujours un grand moment dans la vie d’un groupe. Il est en effet souvent venu concrétiser des semaines, voire des mois de travail acharné dans l’optique d’offrir le meilleur de soi à des auditeurs qui vous ignorent pour le moment. Storm Upon The Masses, après un premier EP daté de 2015, entend franchir cette première marche, en vue de grimper vers les sommets.

Il est donc évident que la très grosse majorité d’entre vous n’a jamais entendu le nom de cette formation. Quelques présentations d’usage s’imposent donc. Le quintet n’est pas un nouveau-venu, œuvrant dans l’ombre depuis sa création en 2009. Il nous vient de Belgique, plus précisément de la région du Limbourg. Le label tourangeau Dolorem Records a donc permis à Storm Upon The Masses de proposer ses compositions à un auditoire élargi. Au regard de la musique présentée ici, il y a fort à parier qu’il s’agisse d’une bonne pioche. Les Belges jouent un death-metal très puissant qui rapidement fait son petit effet. Alors bien entendu, nos amis d’outre Quiévrain ne font pas preuve d’originalité. Là n’est d’ailleurs pas leur propos. Comme d’autres, ils préfèrent se faire plaisir en faisant montre d’un savoir-faire maîtrisé, plutôt que de chercher à tout prix la singularité, parfois stérile. Une rapide écoute permettra aux amateurs de lier The Ones Who Came Back à d’autres noms de la scène death, outre Atlantique. Comment en effet ne pas songer à la scène brésilienne lorsque tonnent les passages enlevés de cet opus ? Krisiun, Rebaelliun ou encore Abhorrence sont des patronymes qui aisément viendront  s'insinuer dans le cerveau des aficionados du genre. Mais cette virulence et cette recherche de véhémence évoquera également d'autres pontes de la brutalité, à chercher plus au nord, Hate Eternal en tête. Si ces groupes vous sont familiers, vous aurez saisi que l'on a ici affaire à des compositions des plus bestiales.
Storm Upon The Masses ne semble avoir qu'un but : annihiler votre cerveau à grands coups de riffs surpuissants et de rythmiques endiablées. Les blasts sont légion, joués à des tempi enlevés. Les Belges réalisent un véritable tour de force : frapper sans jamais faiblir. Le tout, sans éveiller l'ennui. Une véritable réussite qui prend la forme de brûlots qui se suivent avec une fluidité déconcertante. Ça cogne dur, ça claque pendant une demi-heure et l'auditeur alerte saura déceler le grand talent de la troupe, lui donnant irrémédiablement envie de se faire martyriser encore et encore. Certains titres sortent cependant du lot, tant ils sont aboutis. "Rising Darkness", " Regenerate to Annihilate" ou "Savorless Sadistic Ritual" sont des modèles du genre, alliance d'agressivité et d'efficacité. Des parties plus lourdes viennent contrebalancer la déferlante de riffs et de rythmes soutenus, apportant un peu d’air et permettant de reprendre son souffle avant que la machine ne reparte de plus belle. Les fans de lenteur en seront pour leurs frais. Ici tout sent l’énergie et la vivacité.  Les tympans sont mis à rude épreuve durant la totalité de The Ones Who Came Back. Mais ce disque, aussi direct soit-il, se laisse découvrir peu à peu, le plaisir devenant de plus en plus grand au fil des écoutes.

Un premier album qui risque de faire parler de lui. Voila ce que viennent d’offrir les Belges de Storm Upon The Masses. Les fans de death de qualité devraient, si ce n’est déjà fait, noter ce nom sur leurs tablettes. Et s’apprêter à se faire gentiment éclater par ce groupe au talent plus que prometteur.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3