17899

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 29 mars 2018
Sa note : 17/20

LINE UP

-Dan «Rini» Craciun
(chant)

-Robert Rusz
(chant)

-Mihai Tivadar
(guitare+claviers)

-Cristian Balanean
(guitare)

-Dan Petean
(guitare)

-Cosmin Nechita
(violon)

-Pal Novelli
(basse)

-Vlad «X» Toca
(batterie)


+Ansamblul Transilvania Orchestra

TRACKLIST

1) Rapsodia Romana
2) Ciocarlia
3) Moneyocracy
4) Dulce-i Vinu’
5) Cobzar
6) Ride
7) Freak Show
8) UB
9) Balada
10) Manifest
11) Rocks Off
12) My Art
13) Dirtylicious
14) Hungarian Dance No.5
15) Mental Csardas
16) Hotii
17) Maramu’
18) Calusarii
19) Saraca Inima Me
20) Bad Apples

DISCOGRAPHIE


Dirty Shirt - FolkCore DeTour
(2018) - metal symphonique punk folk traditionnel Roumain - Label : Apathia Records



Lu quelque part, à propos de ce FolkCore DeTour : « le meilleur album de 2018 est un album live ». Autant dire que, plein de la morgue que me confère l'expérience du gars qui en a vu d'autres, j'ai ri. Bon joueur, je me suis dit que bon, allez, jetons une oreille sur ce groupe roumain dont, il est vrai, je n'avais jamais écouté un morceau. Je n'ai rien contre les Roumains, hein, que cela soit c… PAF. Hein ? Quoi ? Qui m'a balancé une mandale ? Hum… Bon, je disais donc que… PAF.

Et voila : Dirty Shirt avait commencé, via mes enceintes, la distribution collective et généreuse de baffes. Car oui, Dirty Shirt, c'est Roumain, c'est joyeux, c'est le bordel, et c'est génial. Après une histoire tumultueuse faite de séparations et de retrouvailles, ce sont depuis 2000 quatre albums que nous ont proposé nos musiciens de l'Est, connu des initiés du monde du metal barré mais pas vraiment du grand public. Décidés à frapper un grand coup, le collectif monte un crowdfunding, récolte des sous, engage un orchestre symphonique traditionnel (le Ansamblul Transilvania) et hop, tournée de six dates avec vidéo live. Pas mal. Cette ambition, légèrement démesurée, s'avère payante : la musique de Dirty Shirt, pot-pourri de metal, de punk, de folk et de musique traditionnelle balkanique, se prête à merveille à ce genre d'expérience.
Sur scène, autant dire que c'est un peu le bordel : au moins 25 personnes y sont présentes, des choristes, des violons, deux chanteurs, des instruments traditionnels… et tout ce petit monde de sautiller joyeusement, de headbanguer et haranguer la foule sans se départir d'une joie communicative d'être là. Car malgré les sonorités souvent tragiques de la musique de Dirty Shirt – on pense bien sur à Bregovic ou Kusturica – l'ambiance est électrique, le foule parfaitement réceptive et l’énergie du groupe puissamment communicative, même assis devant son ordinateur. L'envie de se lever, de bouger, de hocher la tête est quasi irrésistible.
La proportion de metal à gros riffs et de musique plus traditionnelle est parfaitement équilibrée, on passe de l'un à l'autre sans vraiment s'en rendre compte, tous les aspects de Dirty Shirt se lient entre eux de manière fluide et naturelle, à aucun moment l'impression d'avoir un orchestre posé sur du metal ne vient à l'esprit : la musique de Dirty Shirt a été écrite dans cette intention, avec un talent et une sincérité évidente. Du coup, la set-list s’apparente à un genre de best-of du groupe – comme souvent – et ce FolkCore DeTour s'avère finalement parfait pour découvrir le groupe. Il y en a un peu pour tous les goûts : du gros metal "(Dulce-i Vinu’", "Manifest", "Freak Show", "My Art"…) des musiques plus traditionnelles ("Rapsodia Română", l'inévitable "Hungarian Dance No. 5", "Călușarii"…) ou d'autres mêlant génialement les deux : "Rocks Off" et son introduction déchirante, "Dirtylicious" et son côté ska/punk aviné, la sautillante "Bad Apples"… Dirty Shirt sait aussi se montrer émouvant avec la superbe balade folk "Săracă Inima Me" – que ne renierait pas un groupe comme Blind Guardian, par exemple.


On ne s’ennuie pas une seconde sur ce FolkCore DeTour. L’énergie du groupe passe aussi bien le vidéo qu'en audio, et c'est un véritable plaisir d'assister à cette débauche de talent et de patate, tant on imagine que ce genre de projet et le nombre de personnes impliquées le rend ambitieux et complexe à mettre en place. Espérons que cette réussite indéniable donne des ailes au groupe pour poursuivre une longue et fructueuse carrière qui… PAF. Oui, non mais bon, d'accord j'ai compris, c'est vraiment un très bon alb... PAF. Ok, je vais vous laisser, y a une bande de Roumains qui veut pas me foutre la paix. J'y retourne (avec joie) !


Pour voir la vidéo live : cliquez ici


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7