17866

CHRONIQUE PAR ...

115
Djentleman
Cette chronique a été mise en ligne le 17 février 2018
Sa note : 14/20

LINE UP

-Chris "Dark Vader" Kelly
(guitare)

-"Red Guard"
(guitare)

-"Shadow Ranger"
(guitare)

-Carson "Bass Commander" Slovak
(basse)

-Grant "Boba Sett" McFarland
(batterie)

TRACKLIST

1) Main Theme
2) The Imperial March
3) Duel Of The Fates
4) The Force Theme

5) The Asteroid Field
6) Battle Of The Heroes
7) Cantina Band
8) Ben's Death / The Fighter Attack
9) Accross The Stars
10) The Forest Battle
11) The Throne Room / End Title

DISCOGRAPHIE


Galactic Empire - Galactic Empire
(2017) - heavy metal metal prog instrumental covers intergalactiques - Label : BMG Rise Records



« Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine – en fait assez récemment – un nouveau groupe de metal fût formé par certains des méchants les plus infâmes et les plus redoutés de la galaxie. » C’est par cette expression tirée de l’un des films les plus connus du cosmos que se présente au monde le groupe Galactic Empire.

Oui, vous l’avez remarqué, ce n’est pas par hasard que cette chronique sorte deux mois après le dernier épisode de l’interminable saga entamée en 1977 par Georges Lucas. C’est un excellent prétexte pour introduire un groupe quelque peu sorti de nulle part, si ce n’est d’une planète fort éloignée, appartenant sûrement à un autre système solaire, et également afin d’attirer de nouveaux lecteurs que l’on pourrait potentiellement qualifier de « geeks ». Mais laissons de côté toute considération sociologique pour aborder plus amplement l’univers de ce que l’on appelle dans le jargon un « cover band ». Oui, un énième. Mais pas n’importe lequel cette fois-ci. Car si des millions de reprises de la bande son de La Guerre des Etoiles ont fleuri sur le net depuis de nombreuses années, rares sont celles qui l’ont été à la sauce metal. Est-il impératif de rappeler à nos lecteurs que la bande son originale du blockbuster a été composée par le génie John Williams (déjà évoqué dans cette chronique de Dead Silence Hides My Cries) ? Celui-là même qui est à l’origine d’une quantité faramineuse de musiques de films depuis les années soixante, illustrant les sagas Harry Potter, Indiana Jones, Jurassic Park entre autres, et donc Star Wars. La tâche n’était pas forcément aisée.
Mais qu’est-ce qui différencie réellement ce groupe de tous les autres effectuant des reprises ? On peut d’ores et déjà mettre celui-ci dans le haut du panier car, malgré l’extraordinaire conformité avec laquelle s’applique Galactic Empire à reproduire les mêmes sonorités, il n’en demeure pas moins que toutes les musiques sont réarrangées avec de malicieux ajouts tels que des petites touches de tapping ou des prises de liberté à la batterie (modification du rythme ou quelques roulements bien placés). Vous pourrez donc retrouver dans ce premier album, paru en 2017 sous le label Rise Records (excusez du peu !), tous les classiques comme les incontournables "Main Theme" et "The Imperial March", le mystique et glaçant "Duel Of The Fates" ou encore le festif "Cantina Band", à la mode heavy metal, légèrement édulcoré avec des teintes de progressif. Le tout sans chant bien évidemment, et heureusement car celui-ci aurait immanquablement dénaturé le côté obscur de la Force. En parlant de ça, si le côté auditif ne vous suffit pas, parcourez leurs vidéos, elles en valent la peine et vous feront découvrir que les cinq gaillards jouent affublés des costumes de personnages du film. Outre le guitariste Dark Vader, vous pourrez aussi retrouver le tueur à gages Boba Sett à la batterie, ou un Storm Trooper [ndlr : non crédité sur l'album] pour manier une autre gratte . Les musiciens assument clairement leur délire, allant jusqu’au bout de leur idée, et c’est tout à leur honneur. Si vous habitez (ou traînez) aux États-Unis, je vous conseille fortement d’aller les voir en live, d’autant plus qu’ils seront en tournée avec MacSabbath [ndlr : « I'm a frying Paaaaaaaaaaaan ! »].


Galactic Empire est un groupe à prendre avec le sourire et légèreté, ne revendiquant rien d’autre que l’hommage à une grande œuvre, ainsi que la reconnaissance et la satisfaction d’un peuple en proie au tiraillement constant entre la lumière et l’obscurité. C’est d’ailleurs grâce à ces derniers et une collecte de fonds en 2016 que vous pouvez écouter ce disque éponyme. Bon voyage, and may the force be with you.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3