17852

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 25 janvier 2018
Sa note : 17/20

LINE UP

-Johan Norrby
(chant)

-Stefan Helleblad
(guitare)

-Leo Olsson
(guitare)

-Johan Carlgren
(claviers)

-Janne Henriksson
(basse)

-Nicka Hellenberg
(batterie)

TRACKLIST

1) Sailors
2) Crown
3) No Return
4) On The Other Side
5) Down Side
6) To Be Near You
7) My Love
8) The Magician
9) Trust
10) The March


DISCOGRAPHIE

Life (2017)

Jono - Life
(2017) - hard rock metal prog mélancolique - Label : Frontiers Records



Jono, c'est en fait le projet solo du suédois Johan Norrby qui est devenu un vrai groupe avec un line-up stable, et dont voici Life, le troisième album à ce jour et le premier à sortir à l'international, à savoir sur Frontiers Records, sympathique label référent dans tout ce qui touche au hard Fm, mélodique et autre AOR (avec parfois un peu de speed metal). C'est donc la première fois que ce nom parvient à nos oreilles, porté par la machine promotionnelle bien huilée du label italien – et pour une surprise, c'est une bonne surprise !

Parce qu'on ne va pas se mentir, la majorité de ce qui sort des lignes de production de Frontiers est sympathique, qualitatif (les gars ne signent pas non plus n'importe qui) mais trop souvent conventionnel, générique et peu enthousiasmant. Alors quand on reçoit quelque chose qui sort un peu du moule, on l'étudie de plus près. Et assurément, Jono dénote dans le paysage habituel du label avec son metal hyper mélodique, presque progressif, riche en arrangements légèrement pompeux et prétentieux mais efficaces. Jono, donc, collectif suédois mené par Johan Norrby, nous présente un nouvel album, Life, bourré de pianos, de synthés et de riffs à la fois simples et terriblement accrocheurs. Ne nous leurrons cependant pas : malgré un travail certain sur les instruments, tout tourne autour de la voix de Johan. Et quelle voix.

C'est sans doute la première chose qui frappe à l'écoute. Johan Norrby est un chanteur ultra-expressif, maniéré, théâtral. Gageons que cela en exaspérera sans doute plus d'un, mais c'est pourtant ce qui fait la plus grande force de Jono. C'est qu'il faut l'entendre incarner ses textes comme si sa vie en dépendait, le Johan : ça minaude, ça gémit, ça grogne, mais surtout ça chante avec puissance et subtilité – écoutez-moi ce vibrato chaud et maîtrisé, digne d'un Fabio Lione, dont la voix présente des similarités de timbre et de chaleur. Pour autant, musicalement, on pense plus à Meat Loaf, Queen, parfois un peu Muse dans les ambiances mélancoliques à tiroirs, parfois A.C.T pour certains moments un peu barrés (sur "Trust", par exemple). On se croirait même, à plusieurs moments, dans une comédie musicale de Broadway, tant l'aspect théâtral est appuyé. L'ambiance est majoritairement triste, introspective et parfois proche de la lamentation, comme sur "To Be Near You", balade où Johan semble prêt à fondre en larmes à tout moment, et son final à la Pink Floyd.

Mais la plupart des morceaux présentent une composante progressive marquée, et pas uniquement parce que certains sont assez longs. N'imaginez pas non plus une hyper-vélocité ou une technicité à la Dream Theater : ici, ce sont plus les constructions des morceaux, relativement alambiquées et qui souvent divisent les chansons en parties distinctes, qui rappellent le mouvement progressif. "Down Side", par exemple, et sa seconde partie en crescendo dominé par cet entêtant piano, ou encore Trust et sa mélodie naïve finale très prog 70's. On notera aussi quelques excellents solo de Stefan Helleblad (qui a joué avec Within Temptation) sur "To Be Near You", "Sailors", ou encore le lead aux arrangements très X-Japan de "My Love". Et enfin, pour finir, il faut souligner la magnifique balade finale "The March", très sobre avec piano et clarinette – mais surtout avec Johan qui, plus que jamais, incarne son texte en susurrant dans le micro et en jouant de la respiration, finissant sur des « ouh-ouh » à fendre les cœurs, même de pierre.


Life est un album émouvant, qui marie avec brio clarté et simplicité d'écriture avec des arrangements osés et complexes – n'est-ce finalement pas là la définition d'un album de metal progressif mélodique réussi ? Jono, porté par la voix charismatique et expressive de son leader, nous propose là un excellent album qui, s'il ne renouvelle rien, offre de magnifiques moments d'émotions. Et que demande-t-on de plus à la musique ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7