17796

CHRONIQUE PAR ...

131
Baptiste
Cette chronique a été mise en ligne le 31 octobre 2017
Sa note : 14/20

LINE UP

-Anneke van Giersbergen
(chant)

-Jord Otto
(guitare)

-Ferry Duijsens
(guitare)

-Johan van Stratum
(basse)

-Ed Warby
(batterie)

TRACKLIST

1) My champion - Berlin
2) Time - Rotterdam
3)
The martyr and the saint - Beirut
4) The fire - San Francisco
5) Freedom - Rio
6) Days go by - London
7)
Sail away - Santiago
8) Valley of diamonds - Mexico city
9) Your glorious light will shine - Helsinki
10)
Save me - Istanbul
11) Reunite - Paris

DISCOGRAPHIE


Vuur - In This Moment We Are Free - Cities
(2017) - metal prog Heavy - Label : Inside Out Music



VUUR est le nouveau groupe formé par Anneke van Giersbergen, ex-chanteuse de The Gathering. Bien loin de ses albums solos habituellement plus pop, cet album se veut lourd et sombre. Mais cette première offrande est-elle à la hauteur des excellentes collaborations auxquelles elle a participé ces dernières années ? Spoiler alert : presque.

Car la dame s’est constitué un joli CV depuis son départ de The Gathering : Arjen Lucassen (avec notamment The Gentle Storm, projet créé à deux) et le grand Devin Townsend, pour ne citer que les plus importants. Et malgré leur absence sur cet album, on sent l’influence qu’ils ont eu sur Anneke van Giersbergen qui a écrit toutes les paroles et co-écrit toutes les musiques avec Joost Van Den Broek (également à la production). The Devin Townsend pour la lourdeur et la puissance, et Arjen Lucassen pour le côté prog. D’ailleurs, tous les membres du groupes sont des anciens de The Gentle Storm, hormis les deux guitaristes qui eux n’étaient présents que pour la tournée. Mais entrons dans le vif du sujet. VUUR produit une musique épique, lourde. Oubliez le symphonique, oubliez la tendresse, protégez les oreilles de votre ours en peluche et dites bonjour à la lourdeur, à la puissance et aux riffs qui font mal. Le single "Days Go By - London" est le parfait représentant de cet album : une intro qui vous met ses pieds en pleine gueule, des chœurs inquiétants, la voix parfaite d’Anneke van Giersbergen, pour enchainer sur un refrain puissant qui vous prend aux tripes.
Alors, s’il est vrai que In This Moment We Are Free - Cities manque un peu de diversité dans les ambiances, il fournit des chansons qui fonctionnent à merveille sans pour autant tomber dans la facilité : "My Champion - Berlin" (d’ailleurs assez proche de "Days Go By - London"), est une excellente mise en bouche alternant le calme, la puissance et l’intensité. "Freedom - Rio" et "Reunite! - Paris" qui s'introduisent en douceur, ne peuvent s’empêcher d’avoir un finish imposant. "Your Glorious Light Will Shine - Helsinki" est sûrement la plus réussie de l’album: la cadence du chant est entêtante et le refrain d’une intensité qui ne vous laissera pas insensible. Les multiples facettes de sa voix démontrent une fois de plus qu’Anneke van Giersbergen fait partie des meilleures chanteuses de metal. L'enchaînement "Save Me - Istanbul" et "Reunite! - Paris" en est un exemple : on passe d’une voix puissante qui monte sans difficulté à une douce voix, presque folk. Si les musiciens ne sont pas en reste, on regrette parfois un certain manque de créativité. La batterie notamment - si le son est parfait, elle semble être en mode automatique sur la quasi totalité de l’album. Ou bien "The Fire - San Francisco" et son pénible couplet basse/batterie tellement facile. Le solo de guitare jouissif est bien la partie la plus intéressante de l’oubliable "Valley of Diamonds - Mexico City".


Anneke van Giersbergen risque de surprendre pas mal de monde avec In This Moment We Are Free - Cities, dans un genre où on ne l’attendait pas trop. Et pourtant, après ces soixante quatre minutes d’écoute, on ressort vraiment conquis. Tout n’est pas parfait et certaines chansons n’apportent rien, mais on ne peut qu’applaudir la direction prise avec ce groupe. A écouter pour les fans de la chanteuse, d’Arjen Lucassen, de Devin Townsend, de The Gathering et pour ceux qui aiment le bonheur. Allez, pour la peine, je me le remets.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2