17784

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 17 octobre 2017
Sa note : 15/20

LINE UP

-Dennis Maas
(chant)

-Joris Bonis
(guitare)

-Arno Frericks
(guitare)

-Dennis Aarts
(basse)

-Jasper Barendregt
(batterie)

TRACKLIST

1) Fall to Depravity
2) Our Trivial Toil
3) Diminish
4) Moirae
5) Unveil
6) An Augury
7) The Endling
8) Maunder

DISCOGRAPHIE

Ulsect (2017)

Ulsect - Ulsect
(2017) - death metal chaotique - Label : Season Of Mist



« -Dans la famille death technique et avant-gardiste, je voudrais le père.
-Je passe.
-Euh…je crois bien que je l’ai. Gorguts ?
-Accepté.
-Pour ma part, je souhaiterais le fils.
-Ulcerate a déjà été joué…
-Attendez, je crois que j’ai quelque chose en main… »


Venu des Pays-Bas, sans crier gare, déboule un collectif qui entend bien s’installer durablement dans la famille des groupes qui comptent en matière de musique technique et inspirée. En grattant quelque peu, l’on découvre sous cette carapace solide des éléments connus. Joris Bonis et Jasper Barendregt, échappés un temps de Dodecahedron, sans oublier Dennis Aarts, premier bassiste des progueux de Textures. Tout ce beau monde a décidé d’élaborer des titres puissants qui fleurent bon l’angoisse. Qu’attendre d’Ulsect ? Une version death de Dodecahedron ? Pas si simple. Des similitudes existent, mais ne suffiraient pas à rendre compte de la personnalité déjà forte de la formation. Durant quarante-deux minutes, cette dernière assène des riffs lourds qui rappelleront forcément aux connaisseurs le travail initié il y a quelques années désormais par les parents canadiens et néo-zélandais. Comprenez qu’ici la musique se veut oppressante et inquiétante. Pour cela, la basse du sieur Aarts vrombit comme il se doit, soutenue par un batteur au jeu énergique et subtil, à l’instar de l’étouffant "Moirae" ou du plus enlevé "The Ending".
A cette base rythmique des plus solides, viennent se greffer des arpèges mélodiques bien sentis. L’ensemble laisse apparaître une ambiance travaillée menaçante, entraînant l’auditoire dans un monde brutal et troublant. Qu’apportent de nouveau les Néerlandais ? Peu de choses diront les mauvais esprits. Une propension et une capacité à rendre accessible un style musical élitiste argueront d’autres. Si vous n’avez jamais pu pénétrer l’univers trop complexe de Gorguts et compagnie, tentez l’aventure Ulsect. Bien évidemment, leur art requiert une attention aiguisée. Mais assez rapidement, les morceaux présentés serviront de base à vos nuits cauchemardesques. Pire, vous pourriez prendre un malin plaisir à l’écoute de ce titres torturés mais abordables. Des mélodies viendront même apporter un peu de lueur à un propos empli de noirceur, comme sur "Diminish". Les vocaux de Dennis Maas, dans un registre assez aigu, sont redoutables et ne font que renforcer l’aspect brumeux qui se dégage de ce disque.


L’une des surprises de cette année 2017 vient donc de Tilburg. Ulsect parvient dès sa première sortie à éclabousser le microcosme du death moderne et technique de sa classe. Un album réussi qui montre une formation capable de tisser des atmosphères lugubres avec aisance. Chaudement recommandé aux amateurs du genre.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6