17774

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 14 octobre 2017
Sa note : 15/20

LINE UP

-Hansi Kürsch
(chant)

-André Olbrich
(guitare)

-Marcus Siepen
(guitare)

-Frederik Ehmke
(batterie)

TRACKLIST

CD1

1)
The Ninth Wave
2) Banish From Sanctuary
3) Nightfall
4) Prophecies
5) Tanelorn
6) The Last Candle
7) And Then There Was Silence

CD2

1) Lord Of The Rings
2) Fly
3) Bright Eyes
4) Lost In The Twilight Hall
5) Imaginations From The Other Side
6) Into The Storm
7) Twilight Of The Gods
8) A Past And Future Secret
9) And The Story Ends

CD3

1)
Sacred Worlds
2) The Bard's Song (In The Forest)
3) Valhalla
4) Wheel Of Time
5) Majesty
6) Mirror Mirror

DISCOGRAPHIE


Blind Guardian - Live Beyond The Sphere



Blind Guardian fait partie de ces groupes qu'on apprécie autant en live qu'en studio (c'est à dire beaucoup), donc chroniquer un album live s'avère toujours un petit plaisir qui unit les deux aspects mentionnés. Même si, évidemment, on sait exactement ce à quoi on aura affaire, parce qu'on a traîné ses guêtres plus d'une fois à leurs concerts et qu'on connaît par cœur leurs morceaux et leurs refrains. Mais quand on aime…
 
Alors qu'on se le dise dès les premiers mots de cette chronique : ce texte ne contiendra aucune information fracassante ni rien de bien passionnant sur ce Live Beyond The Sphere. Attendez-vous à de l'ennui, des platitudes, des phrases déjà écrites et lues partout ailleurs, du remplissage sans honte et sans doute une histoire drôle pour meubler. Parce qu'en live, Blind Guardian peut difficilement surprendre après pas loin de trois décennies à écumer les salles de concerts partout dans le monde et tellement de classiques à jouer que chacun de leur show pourrait sans problème durer six heures. Donc ne vous attendez pas à ce qu'une chronique de leur live 2017 - qui illustre la tournée de l'album Beyond The Red Mirror – soit plus intéressante à lire que quelqu'un qui raconterait pour la onzième fois d'affilé ses impressions après un tour de grand huit : ok l'ami, on a compris, tu kiffes toujours autant, mais tu n'as pas grand-chose de plus à dire qu'à ton troisième récit.
Blind Guardian en live, c'est parfaitement huilé. Les musiciens sont aguerris, les track-listing sont relativement similaires au sein d'une même tournée, les grands classiques sont là ("Imagination From The Other Side", "Valhalla" et ses interminables chœurs du public, leur hit ultime "Mirror Mirror", "The Bard's Song" et sa communion acoustique avec l'audience…) et le nouvel album est bien représenté avec l'énorme "The Ninth Wave" en entrée de jeu, la progressive "Prophecies" et l'ultra-efficace "Twilight Of The Gods" un peu plus tard. Même la majestueuse "And Then There Was Silence" est de la partie (mais malheureusement sans la fin, outrage et délit). Visiblement, la sélection des enregistrements à compiler n'a pas été aisée, vu que tous les shows de la tournée ont été enregistrés – donc oui, Live Beyond The Sphere n'est pas un concert unique mais un montage de différentes dates, ce qui ne gâche rien. On pourrait presque reprocher au résultat final ce côté très propre, presque studio, mais les albums live de grands groupes sont forcément retravaillés derrière. Le temps des enregistrements quasi-pirates, bruts de décoffrage, pour un groupe de cette stature, est révolu depuis longtemps dès lors qu'ils sont proposés en format CD.

 
Pas grand-chose de plus à dire : le contrat est, sans surprise, parfaitement rempli et permet de patienter gentiment jusqu'au prochain album studio. Plaisir facile ne veut pas dire plaisir coupable, c'est parfaitement le cas ici, donc ne le boudez pas (le plaisir) avec ce live généreux (2h40, 3 CDs) et efficace. Oh, et j'avais promis une blague, mais Marc Twain aurait dit un jour qu'« une blague allemande n’est pas pour rire ». Désolé.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1