17772

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 16 septembre 2017
Sa note : 15/20

LINE UP

-Tyler Dennen
(chant)

-Eugene Kamlyuk
(guitare)

-Derek Bolman
(basse)

-Chris George
(batterie)

TRACKLIST

1) Make It Hurt
2) Don't Look At Me
3) All Smiles
4) Helluputmethru
5) Mirror Fear
6) Puppeteer
7) Cry Baby
8) The Smiling Knife
9) Dread All
10) Closer To Me
11) Cross My Heart

DISCOGRAPHIE

All Smiles (2017)

Sworn In - All Smiles
(2017) - néo metal metalcore torturé - Label : Fearless



L'art est une histoire d'émotions. Le metal est souvent une histoire d'émotions négatives. Ce n'est évidemment pas systématique : le power mélodique ou le hard rock représentent parfois le sous-mouvement de la joie. Mais il faut admettre les faits : plus la musique metal s'est durcie, plus les thématiques ont suivi le mouvement. La plupart des groupes des années 90 étaient en colère contre le monde, puis Korn est survenu et a rappelé qu'on pouvait tout aussi bien se haïr soi-même. Et ce n'est pas près de s'arrêter : plus de 18 ans plus tard un groupe comme Sworn In continue inlassablement à explorer ce monde glauque et larmoyant qu'on appelle communément le seum. Et ils s'appliquent, les bougres.

All Smiles pue le seum. Il n'existe sur ce disque quasiment aucune accalmie, aucun moment de lumière ou presque, juste de la noirceur en barres déclinée dans un mélange de metalcore et de neo-metal. Metalcore pour le chant arraché de Tyler Dennen, archétype surboosté du hurleur juvénile US. Metalcore pour ces harmonies de guitare qui débarquent sans cesse, et pour ces gros breakdown qui écrasent la tête mais ne groovent pour ainsi dire pas. Neo-metal pour cette ambiance glauque, ces accords dissonants et cette tendance des textes à tous verser dans la plainte, l'expression du mal-être et l'impossibilité à s'intégrer dans la société. La référence à Korn dans l'intro de cette chronique n'est pas fortuite : c'est l'esprit du Korn des débuts qu'on ressent ici, celui d'avant Life Is Peachy, celui qui sent beaucoup plus la folie et la perte de repères que le wesh et le yo bondissants. Rien que pour ce talent à distiller du désespoir au kilomètre All Smiles vaut le coup qu'on l'écoute. A ce propos le soin apporté à la prod est remarquable, habillant les riffs de bruitages et nappes inquiétants et de murmures ici et là pour émuler un paysage mental brisé en mille morceaux.

Il est paradoxal de constater qu'un album étiqueté metalcore et neo ne renferme au final que très peu de passages catchy, et on sent très vite que c'est volontaire. Sworn In sait composer de l'accrocheur si besoin : le passage up-tempo de "Cry Baby (« give me all this misery ») est infiniment plus fédérateur que le riff déstructuré des couplets... et du coup que fait Sworn In ? Ils le jouent une fois, basta. Idem pour le plan limite rappé du dernier tiers, qui aurait fait un couplet à radios et qui est très vite stoppé par un beatdown asymétrique. Idem pour "The Smiling Knife" qui commence comme un single mais aligne ensuite des breaks ultraviolents en lieu et place des deuxième et troisième couplets. On a donc l'impression délicieuse que le groupe refuse sciemment la facilité, et ça semble confirmé par la gestion du chant clair. Oui, Dennen possède un registre chanté ado, haut perché et lisse, typiquement metalcore. Non, il ne l'utilise pas systématiquement pour pondre des refrains putassiers. C'est pas beau ça ? Au contraire, les interventions vocales mélodiques semblent pensées pour créer un contraste bienvenu avec le reste, juste dans les bonnes proportions.

Prenons la partie chantée de "Helluputmethru" : elle est du genre dont on ne se débarrasse pas pendant des jours, et ce n'est pas sa seule vertu. L'interprétation et les arrangements donnent un côté à la fois féerique et malsain à l'intervention, et le côté comptine renforce l'impression de décalage, de malaise lié à l'émerveillement. On constate d'ailleurs que c'est quand Sworn In atteint l'équilibre parfait entre ces composantes que le disque est très bon : quand le groupe tente l'approche du chant clair dominant sur "Closer To Me", et l'impact de la compo est clairement diminué par rapport au reste. "Cross My Heart" souffre de son côté d'un plan chanté trop facile qui pourrait justement avoir été pondu par n'importe quel groupe de metalcore, ce qui est d'autant plus dommage que la construction complètement déstructurée de la compo et son ambiance de fin du monde forcent le respect par ailleurs. D'une manière générale, la fin du disque donne l'impression que Sworn In ne maîtrise pas encore totalement sa formule, et du coup All Smiles manque le sans-faute à cause de cette baisse de qualité dans la dernière ligne droite. Mais ils passent près. Vraiment près.

All Smiles est un album plus qu'honorable qui saura réjouir toute personne sensible aux ambiances suicidaires et torturées. L'équilibre proposé par Sworn In dans ses chansons les plus abouties est impressionnant, et le fait qu'il leur reste encore une marge pour progresser est finalement assez encourageant. Gloire au seum.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5