17741

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 09 juillet 2017
Sa note : 16/20

LINE UP

-Frank Mullen
(chant)

-Charlie Errigo
(guitare)

-Terrance Hobbs
(guitare)

-Derek Boyer
(basse)

-Eric Morotti  
(batterie)

TRACKLIST

1) Clarity Through Deprivation
2) The Warmth Within the Dark
3) Your Last Breaths
4) Return to the Abyss
5) The Violation
6) Of the Dark Light
7) Some Things Should Be Left Alone
8) Caught Between Two Worlds
9) Epitaph of the Credulous

DISCOGRAPHIE


Suffocation - ...Of The Dark Light
(2017) - brutal death - Label : Nuclear Blast



Le manque d’enthousiasme qui m’a envahi à l’idée de chroniquer ce nouvel album de Suffocation était étrange. Non pas que je n’apprécie pas ce groupe, mais force est de constater que, comme nombre d’entre vous, je suis friand des premières sorties de la formation, dont l’apogée demeure à mes yeux Pierced from Within paru en 1995. Depuis leur reformation en 2002, les New-Yorkais ont cependant offert des pièces solides. Le dernier méfait en date, Pinnacle of Bedlam, a fourni aux aficionados leur dose attendue de brutalité. Comment dès lors expliquer le manque d’appétence à l’annonce de son successeur ? Difficile de répondre…

La première confrontation avec le disque n’a d’ailleurs pas été extrêmement positive. Surgissent alors les sempiternelles interrogations. Suffocation a-t-il encore quelque chose à dire dans une scène saturée ? Possède-t-il encore assez d’inspiration pour plaire à un large public ? D’où vient donc cette désagréable sensation qu’il manque un-je-ne-sais-quoi aux compositions qui trouble l’écoute ? La production pourrait être montrée du doigt. En effet, le son de ...of the Dark Light est assez particulier, très sec, très brut. Est-ce une volonté assumée ou une erreur ?  Il ne faut cependant pas s’arrêter à ce premier constat et creuser plus profondément dans les entrailles de la bête. Un effort est donc demandé et au fil des écoutes le plaisir procuré s’accroit. Cette sortie se révèle en effet rapidement digne d’intérêt. Les compositions sont finalement bien agencées. Certes, Suffocation fait toujours du death brutal, sans chercher une vaine singularité, mais il le fait avec brio. En témoignent les superbes "The Warmth Within the Dark", "Clarity Through Deprivation" et son break fou furieux, ou encore "The Violation", pour ne citer qu’elles.
Les remous qu’a connus le groupe ne semblent pas l’avoir affaibli. Seuls deux piliers de la légende demeurent, accompagnés une fois encore par Derek Boyer à la basse, qui nous gratifie de parties éloquentes, comme sur "Epitaph of the Credulous", originellement paru sur Breeding The Spawn. Deux petits nouveaux, Charlie Errigo et Eric Morotti ont intégré respectivement les postes de guitariste et batteur laissés libres suite au départ de Guy Marchais et de Dave Culross. Ils se sont mis au diapason de leurs ainés pour se fonder parfaitement dans l’entité Suffocation. Quant aux anciens, leur prestation est empreinte de qualité. Terrance Hobbs prouve une fois de plus sa capacité à foudroyer l’auditoire par des riffs puissants, mais également par des soli ravageurs. Et que dire de Franck Mullen, qui malgré ses quarante-sept ans confirme qu’il possède encore l’une des plus belles voix du death ? Le vocaliste apparaît dans une forme olympique, ce qui ravira à coup sûr les fans. Les très bonnes compositions se suivent avec fluidité, avec des passages qui donneront envie aux habitués du genre de se briser la nuque. Les changements rythmiques typiques des travaux des Etats-uniens ne cesseront pour leur part d’impressionner au fil du temps.

Trente-cinq minutes, pas une de plus. La formation s’impose de nouveau comme l’un des leaders du brutal death, près de trente ans après sa naissance. Perçue comme l’un des géniteurs de ce style extrême, elle envoie un message clair à la concurrence. Le début d’année a beau être riche en sortie de qualité, Suffocation entend placer son nouvel album dans le haut des classements qui fleuriront cet hiver. Cette huitième sortie longue durée est à ranger aux côtés des chef-d’œuvre offerts dans les années quatre-vingt-dix. ...of the Dark Light est sans nul doute la meilleure chose proposée par Suffocation depuis sa reformation. Il semblerait bien qu’une fontaine de jouvence existe et qu’elle soit cachée dans les environs de la Grosse Pomme.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4