1774

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 09 mars 2008
Sa note : 3/20

LINE UP

-Yantit
(guitare+chant)

-Jakowar Sekurita
(trompette)

-DF
(orgue)

-Blutknecht
(basse)

-Dr. Franzenstein
(batterie)

TRACKLIST

1)das Leben soll doch schön sein ...
2)schwarze Katze
3)schwarze Witwen (... sterben gehen pt. eins)
4)der Mann am Strick (... sterben gehen pt. zwei)
5)die Ballade von "Pavel dem Säuter"
6)Road to Transilvanian Hell
7)die traurige Warheit über Werwölfe
8)der Apfelbaum
9)Exzess Deluxe
10)der Bauer im Ruin

DISCOGRAPHIE


Transilvanian Beat Club - das Leben soil doch schön sein ...
(2007) - rock black metal punk folk Remake sonore de série Z du Rocky Horror Picture Show - Label : Massacre



CDLM.




Ah, on me souffle dans l’oreillette qu’il est impossible de procéder ainsi, et qu’un développement est obligatoire. Soit. Développons.



Commençons par l’historique du groupe ayant pondu cette chose. Transilvanian Beat Club est un trio (anciennement un quatuor) allemand, qui contient en son sein un membre d’Eisregen et d’Ewigheim. Apres un premier album en 2006, le groupe ne s’est malheureusement pas fait virer de chez Massacre, bien pire, il sort un second album, ce das Leben soil doch schön sein ... . Il n’y a que les Allemands pour pondre ce genre de musique, dans le pays du renouveau gothique et où tous les excès musicaux sont possibles, du moment que cela est pompeux et sombre. Brrrr ... on en tremble d’avance. Du coup, Transilvanian Beat Club s’est mis en tête de faire les mélanges les plus improbables, quelque chose qui pourrait se retranscrire visuellement comme ceci: un loup-garou torché à la Vodka en tenue de keupon en train de danser dans une fête de village bavaroise.

Parce que musicalement, c’est un peu cela: un mélange de punk et de rock, avec quelques touches de folk/ska et quelques courts moments black-metal. Tout cela dans le même disque ! Et bien entendu, du chant. Enfin, du chant ... un cri horrible, faux et absolument insupportable tout du long. Articulé à l’extrême en allemand par Yantit, le chant est une véritable horreur, vraiment. C’est juste faux, et en plus le mixage le met bien en avant. La musique n’est pas folichonne à la base, mais cet espèce de beuglement qui se surimpose au-dessus durant les longues, très longues 55 minutes que dure l’album transforme une expérience désagréable en torture. Je conseille fortement à Massacre d’envoyer les invendus en stock à Guantanamo, succès garanti.

Sans compter qu’il y a plein d’effets pour effrayer l’auditeur: l’orgue jouant une musique qui aurait pu servir d’introduction pour Frankenstein et Dracula contre les pucelles du château hanté ... brrr j’ai peur ... la trompette jouant un air lugubre avec le son des corbeaux ... brrr je flippe ... les samples de films ... brrr ... je ... Ah ben nan, rien en fait. Et ces plans dignes de films d’horreur de série Z sont suivis par des passages punks, des refrains risibles tellement ils sont kitsch, des envolées ska de cuivres, des passages black-metal (pas mauvais en plus sur "Exzess Deluxe"). Et dans le fond, du rock’n’roll plutôt sympathique et pas trop mal fichu, mais noyé dans tout le reste, à un point tel qu’il devient accessoire. Et c’est dommage, car cette base rock est le seul élément passable du disque. Dépouillé de tout sauf de ce rock, le disque serait sûrement intéressant. Alors tous ces excès, cette débauche de ridicule sont du second degré, bien entendu. Mais ce n’est pas drôle, enfin si, le temps d’une chanson, voire deux si vous êtes d’humeur à la rigolade. Mais alors sur 10 chansons, vos seuls mots si vous réussissez à l'écouter en entier seront « Please ... kill me ».


CDLM.




CQFD.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3