17724

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 03 juin 2017
Sa note : 16/20

LINE UP

-L-G Petrov
(chant)

-Fredrik Folkare
(guitare)

-Victor Brandt
(guitare)

-Alex Friberg
(basse)

-Matte Modin
(batterie)

TRACKLIST

1) Serpent Of The Ocean 
2) Blood Eagle 
3) Full Of Hate 
4) Damnatio Ad Bestias 
5) Death By Impalement 
6) Generals Creed 
7) The Whitechapel Murderer
8) A Patient Wolf 
9) The Reprobate 
10) Nightwalkers

DISCOGRAPHIE


Firespawn - The Reprobate
(2017) - death metal - Label : Century Media



« A l’écoute du premier album d’Entombed version A.D. qui avait pu décevoir certains fans, et en attendant le prochain prévu pour le début de l’année 2016, l’on se met à espérer que le sieur Brandt aura pu apporter quelques idées rafraîchissantes, comme sur ce disque. Si tel n’est pas le cas, il faudra attendre une deuxième livraison de Firespawn. Profitons en attendant de ces titres efficaces et souvent marqués du sceau de la réussite. » ShaMOIsh, le 29 décembre 2015.

Quel talent ! Cette conclusion concernant le premier effort qu'est Shadow Realms est tout bonnement excellente et quasi-prophétique. Nul doute que son auteur entrera au Panthéon des chroniqueurs. Il avait en effet perçu que la faiblesse d’Entombed A.D serait compensée par la qualité des sorties de Firespawn. Un an et demi plus tard, le groupe culte a effectivement offert un disque tiédasse et peu inspiré. Deux de ses auteurs ont alors décidé de poursuivre l’aventure Firespawn, avec bien plus de réussite. The Reprobate, est donc la deuxième livraison de la formation, toujours emmenée par Victor Brandt, une fois encore entouré de ses illustres amis, tous impliqués depuis des années dans des groupes suédois renommés. La recette élaborée sur Shadow Realms est reprise ici, mais avec quelques ingrédients plus fins. Comprenez : si vous avez aimé le premier effort, vous devrez adorer leur second. Œuvrant toujours dans un death metal classique, le quintet propose une quarantaine de minutes de bonne facture. C’est pied au plancher que débutent les hostilités, avec un "Serpent of The Ocean" survolté. Cette excellente introduction laisse présager du meilleur pour la suite, ce qui sera confirmé. Peu de temps morts sont à noter dans cette galette qui dépassera certainement les espérances des plus optimistes.
L’alliance entre ces piliers de la scène suédoise fonctionne à merveille. Leur complicité, déjà perceptible naguère, prend ici une envergure supplémentaire. Ils donnent vie à des morceaux où puissance et mélodie se mêlent habilement. La section rythmique alterne les passages enlevés et les parties plus lourdes avec brio. Quant au duo de guitaristes, il excelle dans l’art de proposer des riffs mordants qui resteront aisément dans les mémoires des auditeurs. Et L.G Petrov vient couronner l’ensemble de son chant caverneux et guttural, rappelant que malgré les années qui passent, il demeure l’un des chanteurs les plus charismatiques de la scène death venue du Nord.  Les soli ciselés achèveront de rendre l’ensemble des titres éclatants. Bien entendu, tout n’est pas parfait ici. L’on pourra aisément opposer à mon enthousiasme certains arguments, à commencer par le manque d’originalité de ce disque. Certes, les morceaux présents ici ont beau être réussis, ils ne sont en rien porteurs d’une quelconque excentricité. Tout est ici classique, mais empreint d’une grande maîtrise. Laissez donc votre élitisme à l’entrée et profitez pleinement de ces pièces aussi simples qu’agréables. Ne boudez pas votre plaisir à l’écoute de certains titres appelés à devenir des hymnes sur scène, comme "General's Creed", "Nightwalkers" ou encore "Full of Hate".


Firespawn confirme donc ses encourageants débuts. Plus travaillé, plus inspiré, cet album a tout pour plaire aux amateurs de musique puissante et mélodique. S’éloignant des standards du death suédois, le quintet peut être fier de son travail. Il ne me reste plus qu’à espérer être clairvoyant en annonçant un nouvel album anecdotique d’Entombed A.D. … et une bombe pour Firespawn. Rendez-vous en 2019 pour confirmer ces prédictions.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4