177

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 10/20

LINE UP

-Patrik Johansson
(chant+guitare)

-Mats Johansson
(guitare)

-Pelle Johansson
(basse)

-Torbjörn Edqvist
(batterie)

TRACKLIST

1)Hands Of Fate
2)Out Of Time
3)Point Of No Return
4)Long Time Dead
5)Moment Of Weakness
6)Fire And Ice
7)Misguided Life
8)Midnight
9)Seeker Of Truth
10)Dark Secrets
11)Seven Gates
12)Fear Of Life

DISCOGRAPHIE


Dawn Of Silence - Moment Of Weakness
(2006) - heavy metal - Label : Metal Heaven



La raison d’être de Dawn Of Silence peut facilement s’expliquer en deux mots : Iron Maiden. Eh oui, les papys britanniques du heavy-metal continuent de créer des vocations, même si c’est toujours l’âge d’or des années 1980 qui semble le plus plébiscité par les tenants de la relève. Le premier album de Dawn Of Silence revisite grosso modo Killers, Piece Of Mind et Powerslave tout en leur donnant un petit coup de jeune. A l’instar de Machine Men, voici un combo-vautour qui ne manquera pas de se précipiter sur le fonds de commerce plus ou moins grabataire du groupe phare lorsque celui-ci aura déposé les armes.

Moment Of Weakness est gavé jusqu’à l’os de twin-leads caractéristiques des "Prowler", "The Trooper" et autres "Sanctuary" de jadis, et le groupe suédois n’a de cesse de renouveler la formule à chaque titre, vraisemblablement peu conscient de sa linéarité. L’enjeu est d’y apposer des lignes vocales mélodiques, ce qui est plutôt bien réussi par la tête pensante du combo, Patrik Johansson. Celui-ci se permet même quelques piques d’agressivité bien senties, en chant rauque ou hurlements primaires ("Long Time Dead", "Misguided Life"). Hormis ce petit détail, le copier/coller est parfait.

Un tel manque d’originalité ne saurait souffrir par-dessus le marché quelconque écueil de production ou d’interprétation. Les cinq instruments sont donc tous très audibles, les soli de relativement bon goût, les riffs simplistes mais carrés. On ne peut pas leur enlever cela. Mais alors, quel ennui. Les douze titres se suivent sans que l’ambiance générale bouge d’un iota ; ce type de musique est typiquement calibré pour le live, et hormis un "Fear Of Life" un poil plus abouti, une ré-ré-ré-écoute de Piece Of Mind pourra à bon escient se substituer à celle de ce Moment Of Weakness qui n’apporte strictement rien.


En résumé, un album très plat, avec des morceaux de bravoure, mais toujours très plat.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2