17658

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 05 mars 2017
Sa note : 11/20

LINE UP

-Chris Barnes
(chant)

-Jeff Hughell
(guitare+basse)

-Marco Pitruzzella
(batterie)

TRACKLIST

1) Sacrificial Kill
2) Exploratory Homicide
3) The Separation of Flesh from Bone
4) Schizomaniac
5) Skeleton
6) Knife Through the Skull
7) Slaughtered As They Slept
8) In the Process of Decomposing
9) Funeral Mask
10) Obsidian
11) Bloody Underwear
12) Roots of Evil

DISCOGRAPHIE

Maximum Violence (1999)
13 (2005)
Commandment (2007)
Death Rituals (2008)
Graveyard Classics Vol.III (2010)
Undead (2012)
Unborn (2013)
Crypt of the Devil (2015)
Torment (2017)

Six Feet Under - Torment
(2017) - death metal buueuuahhh mais pas que... - Label : Metal Blade Records



Death Metal. Tampa. Floride. Années 90. Si l'on propose ces quelques indices, on pense inévitablement à Cannibal Corpse ou Obituary. Citer Six Feet Under reste déjà plus marginal. Et pourtant deux ex-membres (C.Barnes et A.West) des deux groupes précités montent alors un side project, même si dirigé dorénavant uniquement par Barnes, et présentent leur seizième album Torment  pour sa vingt-deuxième année d'existence...Rien que ça.

Exit une fois de plus le line up du précédent LP! Et voilà comment Chris Barnes ajoute quelques lignes à une liste sans fin des musiciens ayant officié dans le groupe. Sans compter que les crédités de la version Studio ne sont parfois même pas les mêmes pour les tournées. Peu importe, Chris Barnes tient depuis toujours son entreprise et la gère à sa façon. Le groupe tourne avec succès, surtout aux Etats-Unis, assurant ainsi de quoi vivre et mettre du fric de côté pour son leader (en faisant également des économies sur l’hygiène capillaire au regard de la tignasse du bonhomme). Ce postulat serait-il déjà une semi-excuse pour le présent avis à suivre ? Certes, Undead et Unborn, les précédents recueils et a fortiori la dernière mouture Crypt Of The Devil laissaient timidement espérer un sursaut d'inspiration ou une saine crise revival de ce brutal death metal maintenant anthologique. Hélas ! Ce nouvel opus ne se risquera pas à rameuter les armées vieillissantes du style originel et engager de nouvelles recrues au mouvement floridien des 90's. Les nouveaux trois-quarts d'heure ici bas régurgiteront le death metal naturel du groupe mêlant à la fois du gros riff saignant à une rythmique étouffante. 
La patte dite groovy du combo est toujours présente et séduira autant les uns qu'elle agacera les autres. En douze titres Barnes tente de retrouver les racines sanglantes de Haunted ou Warpath avec malheureusement l'énergie et la réussite des deux « Un.. ». La production est assassine et dézingue définitivement les growls gargarisés (l'opener et "exploratory Homicide" sont particulièrement révélateurs) tout en laissant vrombir une basse aux résonances et placements .. impolis. Hughell se rattrape toutefois sur les guitares et édulcore certains riffs purement death avec des phrasés poussiéreux sans basculer sludge pour autant. Quand à la batterie, pour qui aimerait les premiers titres, les suivants séduiront puisque les plans et rythmes se photocopient les uns les autres. La deuxième partie du disque se révèle moins violente et assouplit le tempo. Au final l'album n'est ni génial ni mauvais ...Torment est à l'image de son artwork :  voulu moderne mais relativement laid. Sans déplaisir à regarder car il retient l'attention quelques instants, puis on poursuit ensuite son chemin. L'écoute de ce nouvel Lp n'est pas vaine mais n'apportera pas grand chose à son auditeur sauf une tranche bien grassouillette de brutal death aux prérequis professionnellement exécutés.   


Barnes n'a pas vraiment besoin de prouver quoique ce soit à qui que ce soit. Inexorablement associé à Cannibal Corpse pour y avoir rapidement officié il a pourtant derrière lui une carrière monumentale avec des sorties sporadiques d'albums qui , sans être incontestables, permettent au bonhomme de répandre son death à l'identité bien trempée. Bref : chacun saura pourquoi il écoute ce disque et ce qu'il en espère. La note s'adaptera de plus ou moins deux points dans un sens ou dans l'autre.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6