17595

CHRONIQUE PAR ...

77
Sven
Cette chronique a été mise en ligne le 14 décembre 2016
Sa note : 17/20

LINE UP

-Riley McShane
(chant)

-Greg Burgess
(guitare)

-Michael Stancel
(guitare)

-Corey Archuleta
(basse)

-Brandon Park
(batterie)

TRACKLIST

1) Proponent For Sentience I - The Conception
2) All Hail Science
3) From Nothing
4) Grey Matter Mechanics - Apassionata Ex Machinea
5) Of Mind and Matrix
6) Proponent For Sentience II - The Algorithm
7) Demons of an Intricate Design
8) Terrathaw and the Quake
9) Cognitive Computations
10) The Arbiters
11) Proponent For Sentience III - The Extermination
12) Subdivisions

DISCOGRAPHIE


Allegaeon - Proponent For Sentience



Dans la famille « death mélodique », je voudrais le fils, plutôt intello et virtuose, mais marrant. Quoi, pioche ? Alors ça, ça m’étonnerait ! Fais voir ta main ? Ah, tu vois, tu l’as : Allegaeon qu’il s’appelle. Ça claque, comme nom, avec son petit côté scientifique. Mais dis donc, c’est même la version collector Proponent For Sentience que tu as, petit veinard !

À chaque sortie d’un album fort attendu, l’impatience se mêle de plus en plus à l’anxiété. L’attente aura-t-elle été méritée ? Nos espoirs seront-ils douchés par une pluie de larmes à l’amer goût de déception ? Qu’adviendra-t-il de nous, pauvres pêcheurs? Qui a tué le Colonel Moutarde ? Hum… C’est trop souvent la peur au ventre que le fan metallivore attend désormais chaque nouvelle offrande de son groupe préféré, craignant qu’elle ne soit pas à la hauteur de ses espérances. Le tristement fameux « syndrome de l'album de plus » touche malheureusement de trop nombreuses formations, incapables de se renouveler, ou simplement de fournir des prestations dignes de leurs précédents faits d’arme. Les Américains d’Allegaeon avaient placé la barre très haut en 2014 avec Elements Of The Infinite, petite bombe de death technique et mélodique pourtant passée relativement inaperçue. Ils avaient enfoncé le clou et affirmé leur identité d’intellos rigolos ne se prenant pas au sérieux avec les clips de "Threshold Of Perception" et "1.618". Ils étaient donc logiquement attendus au tournant. Le remplacement du chanteur Ezra Haynes en 2015 par Riley McShane, par ailleurs hurleur chez Son Of Aurelius, avait apporté son lot de questions et d’appréhension tant le boulot avait été bien fait jusqu’à présent. Et c’est donc avec un nouveau brailleur aux commandes que sort enfin Proponent For Sentience. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la déception n’est pas vraiment à l’ordre du jour !
Les hostilités s’ouvrent sur le premier volet de la trilogie éponyme, intitulé "The Conception". Chœurs et orchestrations façon Symphony X, le changement, serait-ce maintenant ? Que nenni ! Car après deux minutes d’introduction, c’est une déferlante de notes et de riffs à briser la plus résistante des cervicales qui vient heurter l’auditeur de plein fouet. Guitares frénétiques, growl puissant et varié, rythmiques étourdissantes, l’accroche est parfaite. Si l’on rajoute à ces éléments une production limpide, des soli de guitare et de basse impeccables, un refrain accrocheur, on salive déjà à l’idée de l’écoute des douze titres de l’abum. D’autant plus que les tueries s’enchaînent, et que la variété est au rendez-vous. "All Hail Science" est le bien plus direct avec son chant death limite old school.  "Grey Matter Mechanics - Apassionata Ex Machinea" démontre une fois de plus toute la virtuosité des guitaristes Greg Burgess et Michael Stancel. "Of Mind And Matrix" et "Terrathaw And The Quake" sont des bijoux de mélodie et de technicité. La lourdeur de "Proponent For Sentience II - The Algorithm" écrase tout sur son passage. "Cognitive Computations" confirme le talent de Riley McShane, y compris en voix claire. Et "Proponent For Sentience III – The Extermination" voit débouler Speed Strid, chanteur de Soilwork, qui offre un renfort vocal de haute volée, et de Benjamin Ellis, guitariste de Scar Symmetry, qui vient ajouter une couche de solo à une galette qui n’en manque pas. Seul petit bémol à la quasi-perfection métallique de ce nouvel Allegaeon, la reprise de Rush, "Subdivisions", pourtant réussie, mais qui tranche bien trop avec l’ambiance générale de l’album.


Vous l’aurez compris, c’est un énorme coup que frappe Allegaeon en cette année 2016. Technique, mélodique, effréné, imparable, virtuose… Nombreux sont les qualificatifs élogieux que l’on peut accoler à ce Proponent For Sentience. Pour une fois que l’attente vaut le coup et qu’un groupe arrive encore à faire mieux que la fois précédente, il n'y a plus qu'à espérer que ça dure !



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5