17587

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 09 janvier 2017
Sa note : 15/20

LINE UP

-Anthony Viscusi
(chant)

-Will Peplinski
(guitare+basse+batterie+programmation)

Guests :

-Tim Bee
(chant)

-Jordan Philip "Jord" James
(chant)

TRACKLIST

1) I The Creator
2) Severed from the Godhead
3) Graceless
4) Procreating the Offspring of Gods
5) II The Preserver
6) (I)conoclasm
7) Invoking an Obsidian Liturgy
8) Riverchrist
9) A Delusion's Paradise
10) III The Destroyer
11) Altars of a Putrid Resurrection
12) Voidweaver
13) Whispers of the Ineffable
14) Gazing Into the Shadow's Maw

DISCOGRAPHIE

Entheogenesis (2016)

Swine Overlord - Entheogenesis
(2016) - death metal brutal death - Label : Gore House



D'abord Malignant Abomination puis Hypoxic, le groupe devient finalement Swine Overloard et aurait la particularité de ne travailler qu'à distance grâce au tout puissant internet. Passée l'anecdote, le parcours reste standard : une démo, un split, un EP et - tadaaa ! - un premier lp passé relativement inaperçu. Le groupe signe toutefois chez GoreHouse records et après avoir proposé un premier single, parvient à sortir son deuxième album ici passé au crible: Entheogenesis.

Swine Overloard c'est tout d'abord Will Peplinski, multi-instrumentaliste qui butinera de groupe en groupe entre un Breast Ripper ou un Clitoral Putrescence dans lequel il rencontre Anthony Viscusi qui pour sa part n'use que de ses cordes vocales pour participer à la musique, même s'il grattouille à loisir si besoin. Exit le grand-guignol des groupes précités où l'on imagine rapidement les thèmes abordés. La formation continue de pratiquer un brutal death affirmé mais explore des thèmes nettement plus spirituels sur Entheogenesis. Les trois-quarts d'heure de cette réalisation débutent par une intro dispensable d'autant que "Severed From The Godhead" va encore nous trimbaler une bonne minute avant, enfin, d'exploser en un « growlement » monumental sur sa rythmique affirmée. Et c'est parti pour une base globale de death froid et atmosphérique sur lequel le duo va explorer les possibilités du registre et s'accorder d’énormes libertés sur la douzaine de titres restantes. La violence inhérente au death est belle et bien présente tout du long mais le collectif réussit à varier l'approche que l'on qualifiera de traditionnelle en mettant parfois la guitare de côté - a minima la grosse disto qui tranche. Voilà la première semi-surprise de cet enregistrement : réussir à jouer du death, voire du brutal death, sans nécessairement tout fonder sur le blast et le riff boucher et bourrin.
La section nord-américaine use en outre d'une capacité à « atmosphériser » le tout et bâtit ses compositions avec une approche maligne et progressive sans pour autant ennuyer ou tomber dans ce que certains étiquetteraient d'« avant-garde ». Car c'est bel et bien le label « progressive brutal death metal » qui colle le mieux au projet. Les changements de rythme, de style, les syncopes et les bridges des morceaux modèlent un ensemble compact et parfaitement logique. Il faut certes parvenir à apprivoiser l'album et en appréhender les structures. Toutefois, passée cette étape, le plaisir est réel et finalement peu commun pour ce type de musique extrême. S'il est compréhensible que certains ne parviennent définitivement pas à entrer dans l'univers du binôme, à n'en point douter ce dernier devrait se faire connaître positivement avec ce deuxième effort longue durée. Et s'il fallait une échantillon testeur pour s'en convaincre il suffit de se passer "Severed from the Godhead" ou "Altars of a Putrid Resurrection" pour être fixé - même si l'écoute de l'intégralité des pistes reste le seul indicateur valable afin de prendre le temps de se les approprier.

En résumé : on aime ou on déteste, le juste milieu semble impossible avec ce nouveau recueil de Swine Overlord. Une belle surprise pour cette fin d'année 2016 avec cette œuvre de progressive brutal death metal, mélange de genres qu'on pourrait de prime abord penser peu probable. Et bien ces gars-là l'ont fait et, pour ma part, avec la manière.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7