17574

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 29 novembre 2016
Sa note : 18/20

LINE UP

-Al Jourgensen
(chant+guitare+programmation)

-Pail Barker
(chant+basse+programmation)

Guests/Session

-William Rieflin
(batterie)

-Mike Scaccia
(guitare)

-Louis Svitek
(guitare)

-Michael Balch
(claviers+programmation)

-Howie Beno
(programmation)

-Gibby Haines
(chant - titre 5)

TRACKLIST

1) N.W.O.
2) Just One Fix
3) TV II
4) Hero
5) Jesus Built My Hotrod
6) Scarecrow
7) Psalm 69
8) Corrosion
9) Grace

DISCOGRAPHIE


Ministry - Psalm 69*
(1992) - indus - Label : Sire



Il y a des titres qui s’avèrent être de vrais interrupteurs. Actionne-les et l’être civilisé disparaît dans un trou au profit du sauvage destructeur qui sommeille en chacun de nous  - certains sauvages ont le sommeil plus léger que d’autres, soit dit en passant…  Dans mon cas, les premiers beats de "Just One Fix" sont directement reliés au cerveau reptilien. Varan de Komodo plutôt que caméléon d’ailleurs.

Et si certains pourront argumenter que la deuxième chanson du monstrueux ΚΕΦΑΛΗΞΘ a été en partie pompée sur le "South of Heaven" de Slayer, qu’ils fuient, parce que le Varan de Komodo n’aime pas ce genre d’accusations, peut-être justifiée, mais dont on se fiche. "Just One Fix" est juste le Graal de Ministry, le morceau où la force de frappe du groupe se fait colossale. Et le clip, mazette… Et le reste de l’album ? Il poutre aussi, merci pour lui. La bande à Al et Paul se permet même de blaster sur ce qui reste quand même le morceau le plus faible de l’album "TV II". Pour le reste, Ministry épate par la puissance et la majesté – oui, la majesté ! – d’une œuvre de metal indus confinant au symphonique, d’abord sur "Hero" et ses chœurs impactants, puis sur le lent mais puissant "Scarecrow" et enfin, et surtout, sur le fantastique "Psalm 69" où les passages atmosphériques plombés alternent avec des riffs à faire douter les metalleux les plus puristes quant au bien-fondé de leur dogme reniant le qualificatif « metal » aux groupes trop synthétiques à leur goût.
Afin d’enfoncer le clou, Ministry poursuit son travail apocalyptique avec un "Corrosion" digne d'In Slaughter Natives, et achève l’œuvre dans le bruit et le chaos. ΚΕΦΑΛΗΞΘ est un superbe bloc de granit parfaitement taillé et l’on ne pourra pas reprocher grand-chose à la formation US, si ce n’est ce "TV II" évoqué plus haut et l’intégration du presque humoristique "Jesus Built My Hotrod" un peu en décalage avec le reste de l’album. Le fait que MTV passa le clip de cette dernière chanson en long, en large et en travers, au moment de sa sortie, a pu donner au profane curieux une image faussée de ce chef-d’œuvre. En même temps, pour danser dans les discothèques de bon goût de l’époque, il y avait pire… Bref,  ΚΕΦΑΛΗΞΘ, rebaptisé Psalm 69 par souci de simplification (et de marketing), est le sommet musical métallique du groupe. Plus radical que The Mind Is A Terrible Thing To Taste, il propose un concentré de violence sonore où les à-côtés classiques de l’indus (voix-off et autres arrangements soniques) liment l’aspérité de l’ensemble et en font une œuvre incontournable du genre. 

Et si David Lynch avait choisi Ministry pour Lost Highway plutôt que NIN ? Ça n’aurait pas changé grand-chose, mais vu que Trent fait du Ministry à la toute fin du film… ça aurait été plus logique, non ? Mais bon, on ne refait pas l’histoire… En tout cas, si vous ne connaissez pas ΚΕΦΑΛΗΞΘ, courez combler cette immense lacune.




* Le site n'accepte pas l'alphabet grec pour les titres, mais le vrai nom de l'album, c'est ΚΕΦΑΛΗΞΘ.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4